Cargos - Paquebots - Autres navires de commerce
Voyager en cargos et navires spécialisés : pourquoi ? comment ?

Nombreux sont les passionné(e)s de navires à avoir, comme moi, lu les ouvrages de Blaise Cendrars, Joseph Conrad, Annita Conti, Pierre Loti, Paul Mac Orlan, Patrick O'Brian, Edouard Peisson, Roger Vercel, Jules Verne... et tant d'autres auteurs, contemporains ou non, qui nous ont fait rêver dans leurs sillages sur toutes les mers du monde. Et, d'ailleurs, moi qui ai fait en 2006 un demi-tour du monde à bord du porte-conteneurs CMA CGM NABUCCO, je dirais comme Blaise Cendrars : "Le voyage en mer est un émerveillement... une manière d'être heureux à bord entre ciel et mer, sans chagrin du départ, sans souci d'arriver..., je n'étais pas pressé." Et je m'apprête à repartir vers d'autres caps... Cf. bibliographie maritime... non exhaustive !
CMA CGM NABUCCO
CMA CGM NABUCCO à Marsaxlokk (Malte)
Le Globe terrestre, c'est 71 % de mers et d'océans sillonnés par environ 50 000 navires marchands
et... 90 % du transport de marchandises s'effectuent grâce à la Mar-Mar


Qu'est-ce qu'un "cargo" ?

Un "cargo", au sens strict du terme, est un "navire de charge", c'est-à-dire transportant des "marchandises", par opposition aux "navires à passagers" (lesquels ne transportent que des passagers quand ce sont des "paquebots", ou du fret et des passagers quand il s'agit de transbordeurs par exemple, ou encore de cargos mixtes). C'est un navire de charge donc mais qui ne transporte que des "marchandises sèches" (comme le font les porte-conteneurs, les vraquiers, les rouliers, etc.), par opposition aux "navires-citernes" (comme les pétroliers, les chimiquiers, les gaziers, etc.). Le sens du mot "cargo" ici est toutefois plus large puisqu'il est possible de voyager comme passager sur des navires océanographiques, des brise-glaces et autres navires "spécialisés" (le MARION DUFRESNE par exemple), ou encore mais plus exceptionnellement sur des "navires d'assistance", etc.. Les "cargos-mixtes" transportent, on l'a dit, fret et passagers, mais là ce n'est plus douze passagers maximum, ce peut-être une centaine ou plus (type ARANUI III aux Marquises, C.T.M.A. VACANCIER au Canada ou l'EXPRESS COTIER en Norvège, pour n'en citer que quelques-uns). Ci-après, quelques types de cargos prenant des passagers.

 
MAERSK FLENSBURG
SANTA CATHARINA
Porte-conteneurs
MAERSK FLENSBURG
Cargo réfrigéré
SANTA CATHARINA
Brise-glace
PR MULTANOVSKIY
Roulier
GRANDE CAMEROON
 

Tous les cargos ne prennent pas forcément des passagers. Cela dépend de la politique commerciale de l'armement, du nombre de cabines disponibles à bord et, bien sûr, selon la dangerosité de la cargaison. Les cargos qui, actuellement, prennent le plus de passagers sont les porte-conteneurs.

Enfin, on peut choisir de voyager sur des cargos assurant des lignes régulières ou, au contraire, sur des cargos naviguant "au tramping" qui, comme leur nom l'indique (tramp signifiant vagabond en anglais), choisissent leurs destinations en fonction du marché.



Pourquoi voyager en cargo ?

Et pourquoi un voyage en cargo ? Pas pour aller vite d'un point à un autre, encore que les navires les plus modernes filent à plus de 25 nds (soit près de 50 km/h), mais pour voyager autrement : être en mer à bord d'un navire marchand peut être un but en soi. La destination n'est plus une ville ou un pays, mais un océan ! Une californienne n'a-t-elle pas effectué une cinquantaine de navigations au long cours sur une trentaine de cargos ! "Voyager en cargo, c'est revenir à l'origine étymologique du mot "voyager" qui signifiait "parcourir le chemin" et non "arriver quelque part" rappelle Hugo Verlomme. Voyager en cargo, c'est aussi découvrir un nouveau rapport au temps. C'est également un fabuleux moyen d'approcher le travail de ceux qui permettent 98 % du transport total de nos biens de consommation. Et que dire de la beauté d'un lever ou d'un coucher de soleil !

A bord du CMA CGM NABUCCO
A bord du CMA CGM NABUCCO
A bord du CMA CGM NABUCCO
A bord du CMA CGM NABUCCO

Mais bien sûr, rien à voir avec "La croisière s'amuse" : à bord d'un cargo, la priorité n'est pas le passager mais le fret ! Le passager doit se distraire seul, mais bibliothèque, discothèque, vidéothèque, salle de sport et souvent piscine sont à sa disposition. De plus, rien ne l'empêche de se munir de livres et autres occupations favorites... puisqu'il a droit, contrairement aux voyages aériens, à une centaine de kilos de bagages, voire plus sur certains navires. Les bicyclettes sont parfois autorisées (...mais pas les animaux de compagnie)..

EVITA (photo H. Cozanet)
Salon passagers
CMA CGM NABUCCO
Salle de sports
EVITA
Piscine
CMA CGM NABUCCO
Tournoi de ping-pong
CMA CGM NABUCCO


Les motivations des passagers sont bien sûr multiples et diverses. Mais il existe des points communs entre eux : besoin de solitude , de tranquillité (le "temps retrouvé"), attrait de la mer, recherche d'authenticité, volonté de découvrir la vie des marins dans ce huis-clos qu'est un cargo, rejet de la superficialité des voyages en paquebot et du tourisme de masse, etc. On trouve, parmi les passagers, des écrivains, des peintres, des thésards, mais aussi tout simplement des retraités qui ont le temps... ou encore des phobiques de l'avion !

Mais attention, les voyages en cargo sont désormais si prisés qu'il faut, au moins pour certains d'entre eux, comme le "Tour du monde", retenir plusieurs mois à l'avance, voire plus d'un an !



Où aller à bord d'un cargo ?

Les destinations possibles sont extrêmement variées et couvrent toutes les mers du monde : du cabotage en Mer du Nord, en Baltique ou en Méditerranée, aux traversées transatlantiques ou transpacifiques, sans oublier les "tours du monde", les voyages d'exploration, les expéditions extrêmes (Arctique et Antarctique) ou encore un voyage à Saint-Hélène.

Via le canal de Panama
Quelques ignes régulières


Comment vit-on à bord d'un cargo lors d'un embarquement au long cours ?
Et comment se déroule la vie à bord d'un cargo ? Il y a, à bord, en sus de l'équipage, de un (ce qui fut mon cas sur une grosse partie du voyage) à douze passagers au maximum (car, au-delà, il devrait y avoir un médecin à bord, selon les règles de l'Organisation maritime internationale – OMI). La vie y est très confortable, la plupart des cabines étant spacieuses et bien équipées, éclairées par des sabords, parfois plus luxueuses que sur des paquebots. Un garçon de cabine se charge généralement de l'entretien. Cf., par exemple, ma cabine à bord du CMA CGM NABUCCO. Rangements, réfrigérateur, bureau, coin-salon, salle d'eau avec toilettes privées, air conditionné, etc. Les passagers disposent de machines à laver et à sécher le linge, ainsi que fer et table à repasser. Il existe une boutique à bord, ouverte à certaines heures, où équipage et passagers peuvent acheter hors taxes boissons et cigarettes. Moyennant le respect des règles de sécurité, rappelées par le Commandant (le seul "maître à bord après Dieu") ou par son Second (le Capitaine, dit le "Chien du bord", humour oblige), les passagers ont généralement accès à tout le navire, y compris passerelle et salle des machines, mais bien sûr à condition d'être discret et de ne pas gêner les manœuvres. Ci-dessous, des photos prises lors de mon embarquement (deux mois) à bord du CMA CGM NABUCCO.
Accès libre à la passerelle..., j'y avais même établi mon bureau !
Et au PC Machine
Impressionnant moteur
Les passagers partagent la salle de restaurant, voire la table, des officiers, les repas étant servis à heures fixes pour respecter les "quarts" de l'équipage. A certaines occasions, les passagers sont invités au salon des officiers.
Repas partagé avec les officiers
Discussion autour d'un pot au salon des officiers

Plus besoin de jeter une bouteille à la mer dans les détroits pour rester en contact avec sa famille et ses proches : le télephone satellitaire et les liaisons internet sont désormais aisées à bord des cargos. Si les liaisons téléphoniques restent chères, les courriers électroniques sont tout à fait abordables, chaque marin et chaque passager ayant son adresse électronique personnelle (avec mot de passe).


Comment se passent les escales ?

Le passager est très autonome à bord d'un cargo qui est pour lui un véritable espace de liberté. Seule contrainte : être à bord lors de l'appareillage ! En effet, en fin d'escales, le navire n'attend pas les passagers... Rappelons que les escales peuvent durer de quelques jours, pour les plus longues, à quelques heures pour les plus courtes... et parfois de nuit uniquement. Le passager d'un cargo ne descend donc pas à terre à chaque escale, d'autant que les terminaux portuaires sont parfois éloignés, voire très éloignés (plusieurs dizaines de kilomètres), des centres-villes. Il faut en être conscient avant de partir pour n'en être point frustré. De toute façon, les escales doivent être préparées avant l'embarquement : certaines d'entre elles nécessitent en effet des visas ou des vaccinations et, si possible, de la monnaie locale, ne serait-ce que pour régler le taxi vous permettant de quitter le port. Les plans des villes d'escales peuvent également s'avérer très utiles. Avant de quitter le navire, toujours penser à prendre le numéro de téléphone du bord et, a contrario, à donner son numéro de portable afin d'être tenu au courant si le navire devait appareiller plus tôt que prévu ! Enfin, ne pas hésiter à se faire écrire sur un papier, dans la langue locale... surtout pour les escales chinoises... le nom du port et le nom du quai auquel est amarré le cargo. Cette sage précaution peut s'avérer très utile pour le chauffeur de taxi !


Quelques exemples de cargos prenant des passagers et leurs lignes régulières

LONDON SENATOR
Europe-Amérique du Nord
CMA CGM HERODOTE
Europe-Guyane-Brésil
CAP VILANO
Europe-Panama-Chili
CMA CGM FORT ST LOUIS
France-Antilles françaises
     
CMA CGM UTRILLO
RMS ST HELENA
CMA CGM LA TOUR
ARANUI III
Ligne Tour du Monde
Cargo mixte / Angleterre - St Hélène
Ligne Tour du Monde
Cargo mixte / Tahiti - Iles Marquises


Comment choisir et réserver son embarquement à bord d'un cargo ?

Mais alors, comment embarquer sur un cargo ? Il faut d'abord décider de la durée du voyage : de quelques jours à trois mois environ, et la partie du monde vers laquelle on veut naviguer. Puis choisir son port d'embarquement préférentiel : sur les voyages circulaires (les "round-trips"), on peut effectuer tout ou partie du voyage. Selon les objectifs qu'il s'est fixé, le passager peut privilégier tel ou tel type de navire : les escales seront généralement plus longues sur un vraquier que sur un porte-conteneurs. La langue internationale dans le monde maritime est l'anglais, mais les équipages sont de diverses nationalités (européens, mais aussi philippins, russes, roumains, africains, etc.). Le passager pourra donc préférer telle ou telle compagnie et tel ou tel pavillon – dont dépend la nationalité de l'équipage et des officiers en particulier – en fonction de ses propres aptitudes linguistiques.
Pour trouver le navire et le voyage qui vous conviennent vous pouvez, en France, vous adresser à une agence de voyages spécialisée comme Mer et Voyages.

Vous pouvez aussi vous adresser directement à une compagnie de navigation, mais les tarifs sont les mêmes et vous devrez faire les démarches vous-mêmes. Voici, à titre informatif, quelques compagnies prenant des passagers à bord de cargos (liste non exhaustive devant être régulièrement mise à jour via Internet) :

  CMA CGM mpaubert@cma-cgm-croisieres.com   Grimaldi www.grimaldi-freightercruises.com
  Mauritius Shipping, Coraline Service msc@coraline.intnet.mu   The Cruise People, Londres cruise@dial.pipex.com
  Cie Polynésienne de Transport Maritime aranui@mail.pf   Freighter World Cruises, Californie www.freighter-world.com
  Horn Linie info@hornlinie.com   Quark Expeditions www.quarkexpeditions.com
  Rickmers passage@mcc-marine.de   Star Clippers www.starclippers.com/


Voyager en cargo, oui, mais pour quel coût ?

Le temps des "cargos mixtes" où l'on embarquait gratuitement comme passager, en échange de travaux effectués à bord, est définitivement révolu. Le tarif des voyages en cargo est, selon la qualité des "prestations" à bord du navire, compris entre 90 et 120 € par jour en moyenne. Le tarif à retenir est donc de l'ordre de 100-110 €/jour. Alors, bien sûr, si vous voulez aller d'un point à un autre, on trouve certainement des compagnies aériennes "low cost" beaucoup plus intéressantes. Mais si l'on choisit le cargo, c'est en grande partie pour le voyage lui-même, comme on réserverait une chambre dans un hôtel de bonne qualité (les prestations y sont les mêmes). Le "prix journalier cargo" comporte en effet non seulement la nuitée, mais aussi les trois repas... vin et café le plus souvent compris, ainsi que service à table et en cabine, avec libre accès aux commodités du bord (piscine, gymnase, bibliothèque, vidéothèque, buanderie, etc.). En général, ce prix inclut également les taxes portuaires, les frais de douanes, etc. (se renseigner). C'est donc l'ensemble des prestations à bord du navire, durant la navigation, qu'il faut comparer à l'ensemble voyage + séjour en hôtel d'une durée comparable.


Enfin...

Une dernière question, mais récurrente : une femme seule peut-elle voyager en cargo ? Réponse sans ambages : oui ! Bien sûr, même si les écoles d'Hydrographie – les Hydros – s'ouvrent progressivement aux femmes, la Mar-Mar reste encore un milieu masculin. Mais les marins sont des gens respectueux. Aux passagers de l'être également.

Pour terminer, un dernier conseil, ne jamais prononcer à bord le mot "lapin"... il paraît que cela porte malheur ! Tout le monde en rit, mais tout le monde l'évite... Alors, si nécessaire, vous pourrez parler de "la bête", de "l'animal aux grandes oreilles" ou encore, plus poétiquement, de la "langoustine des prés"...



Bien sûr, avant de partir, il est recommandé de lire quelques ouvrages maritimes, afin d'acquérir un minimum de vocabulaire maritime. Vous en serez d'autant mieux accepté.

Soleil se levant très brillant
Sans nuages à l'horizon
Belle journée, dit la raison
Virgile


© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net