Chargement sur l'ANNE-SOFIE de la tour offshore Imeca (La Rochelle)
Françoise Massard

J'avais eu l'occasion, début août, lors de l'escale du THEOTOKOS, de montrer quelques photos (faites à partir du remorqueur VB LE HAVRE) d'une impressionnante tour construite par la société Imeca. La construction, qui a duré un an, s'est faite sur le terre-plein situé au bout du môle d'escale du GPMLR. Cette tour est destinée à poser des pipelines (jusqu'à 2 000 m de profondeur) au départ des champs de pétrole et de gaz brésiliens. C'est le cargo ANNE-SOFIE qui est venu charger cette tour pour ensuite faire route vers le Brésil. Ce cargo allemand, aménagé en "porteur de colis lourds" (encore dit "porteur de charges indivisibles"), est arrivé à La Rochelle le 29 septembre 2009 et a quitté le port le 5 octobre. J'étais hélas absente de La Rochelle à cette époque (naviguant sous des longitudes beaucoup plus ouest), mais Bruno Huet (SCOP du Lamanage et Services maritimes des Ports de La Rochelle-Charente) et la Capitainerie du GPMLR m'ont autorisée à publier quelques-unes de leurs photos. Je les en remercie.

Le "general cargo" ANNE-SOFIE appartient à la Compagnie HLL Heavy Lift + Load Project GmbH installée à Steinkirchen en Allemagne. Il est opéré par la SAL qui gère trois autres navires de la même classe : les FRAUKE (IMO 9376488 - Constr. 2008) - REGINE (IMO 9393242 - Constr. 2009) - TRINA (IMO 9376505 - Constr. 2008), trois sister ships construits par le même chantier allemand J.J. SIetas. Le navire est équipé de trois puissantes grues dont les actions peuvent être combinées, ce qui lui permet de manipuler des charges pesant jusqu'à 1 400 t. A noter que, pendant tout le chargement, un caisson de stabilité est installé à tribord. Ce ballast supplémentaire est solidarisé au navire (pendant la manœuvre) grâce à un bras rétractable.

Photo Françoise Massard
Photo Bruno Huet
Photo Bruno Huet

ANNE-SOFIE (Hamburg) - IMO 9376490 - Indicatif d'appel DFMI2 - Cargo de divers - 159,80x24,00x13,20 m - TE 9,08 m - JB 12 950 - JN 4 647 - PL 6 693 t - P 12 600 kW (mot.4T-9cyl MAN-B&W 9L58/64CD / hélice à pas variable) - V 20 nd - Prop. d'étrave (900 kW) - Générat. 1 x 1 625 kVA / 2 x 1 300 kVA / 1 x 700 kVA / 1 x 250 kVA - Cap. GRN 18 009 m3 / 993 evp - Grues 2x700 t (couplables) / 1x350 t - Constr. 2008 (J.J. Sietas KG Schiffswerft, Hambourg, Allemagne) - Gérant SAL (Steinkirchen, Allemagne) - Pav. DEU.

C'est pour le compte de son client Technip, spécialiste de l’exploration pétrolière comme on le sait, que la société Imeca a dessiné et réalisé cet équipement de haute technologie destiné à la pose de pipelines à très grandes profondeurs. La société Imeca appartient au groupe rochelais Perrotin, désormais leader mondial pour ce genre de construction alors que son métier d'origine était... l'industrie automobile (sites à La Rochelle, à Fontenay-le-Comte et au Trait). Comme précédemment dit, l'assemblage de cette tour aura nécessité un an de travail . Composée de plus de 100 000 ensembles et sous-ensembles  (structure mécano-soudée, câbles, connexions, vérins hydrauliques et électriques, etc.), elle mesure 42 m de haut et pèse 1 200 t. Son coût de fabrication est d'environ 26 millions d'euros (Infos Imeca).  

Les photos ci-dessous montrent la structure — solidarisée à la tour — qui sert de points d'accrochage aux grues du navire.
 
Photo Capitainerie GPMLR
Photo Capitainerie GPMLR
Photo Capitainerie GPMLR
Photo Capitainerie GPMLR
Photo Capitainerie GPMLR
 
Accrochage, puis les grues du cargo entrent en action et soulèvent progressivement la tour du sol.
Photo Bruno Huet
Photo Bruno Huet
Photo Bruno Huet
Photo Bruno Huet
Photo Bruno Huet
         
Photo Capitainerie GPMLR
Photo Capitainerie GPMLR
Les grues pivotent at amènent petit à petit la tour au-dessus du pont du navire
Photo Bruno Huet
Photo Bruno Huet
Photo Bruno Huet

La tour est progressivement descendue sur le pont sur lequel elle sera solidement fixée pour affronter la longue houle de l'océan Atlantique en ce début d'automne.

Photo Bruno Huet
Photo Bruno Huet
Photo Bruno Huet
Photo Bruno Huet
Photo Bruno Huet

La tour est maintenant à son "poste de mer", posée au fond de la cale du cargo. Les câbles sont détendus (l'ensemble des intervenants de cette belle manœuvre aussi sans doute !). Le cargo ANNE-SOPHIE est prêt à reprendre la mer (au soir du 05.10.2009), cap sur le Brésil.

Photo Capitainerie GPMLR
Photo Capitainerie GPMLR
Photo Capitainerie GPMLR
Photo Bruno Huet
Temps de traversée prévu : trois à quatre semaines.

Pour mémoire, les Brésiliens ont découvert, en avril 2008, un très important champ pétrolifère au large des côtes sud et sud-est de leur pays (zone d'environ 800 km de long sur 200 km de large, à environ 250 km des côtes), champ qui devrait doubler purement et simplement leur réserve nationale. D'autosuffisant qu'il était depuis 2006, le Brésil deviendrait ainsi exportateur et entrerait de fait dans l'Opep. Selon la compagnie nationale Petrobras, "les volumes récupérables estimés de pétrole et de gaz, s'ils sont confirmés, élèveront de manière significative la quantité de pétrole existant dans les baies brésiliennes, plaçant le Brésil parmi les pays ayant les plus grandes réserves de pétrole et de gaz du monde". Les chiffres les plus couramment cités annoncent une réserve de 30 milliards de barils de pétrole, soit grosso modo la consommation mondiale d'une année.



Cliquez sur les photos pour les agrandir

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net