Câblier RENE DESCARTES à Brest (rapide visite à bord le 27.06.2011)
Françoise Massard / Photos Jean-Michel Bergougniou
Cliquez sur les photos pour les agrandir

Le navire-câblier RENE DESCARTES (en service depuis 2002) appartient à France Télécom Marine (filiale à 100 % du Groupe France Télécom depuis 2000). C'est le plus récent des navires de la flotte câblière de FTM qui comprend, par ailleurs, les LEON THEVENIN (IMO 8108676 / 1983 / Pav. FRA) - RAYMOND CROZE (IMO 8104199 / 1983 / Pav. FRA) - CHAMAREL (IMO 7347718 / ex VERCORS 1974-2002 / Pav.MUS) - CERTAMEN (IMO 6514974 / 1965 / Pav. ITA) - TELIRI (IMO 9105889 / 1996 / Pav. ITA). Navire hautement spécialisé, comme les autres navires de la flotte, le RENE DESCARTES, participe à l’installation et à la maintenance de câbles sous-marins en fibres optiques.

Grande plage arrière regroupant les apparaux de manutention des matériels d’ensouillage. Tout à l'arrière, le bloc daviers
(grandes poulies servant au filage ou au relevage du câble, cf. également ci-dessous)

Sur près de 800 000 km de câbles de différentes natures actuellement posés au fond des mers, la flotte FTM a posé, au cours des dix dernières années, quelque 150 000 km de câbles en fibres optiques dans tous les océans, dont 15 000 km ensouillés avec des charrues. Les navires ont par ailleurs réalisé plus de 300 réparations dont certaines par 8 500 m de fond. Le RENE DESCARTES compte à son bord un équipage d’environ 50 marins, dont 20 officiers et maîtres. La "mission Télécom" est, quant à elle, composée d’une douzaine de personnes dont des techniciens des télécommmunications, des jointeurs et des pilotes d’engins sous-marins.



RENE DESCARTES (Marseille) - IMO 9248100 - Indicatif d'appel FNWZ - MMSI 226291000 - Navire-câblier - 142,50x22,00x17,00 m - TE 7,40 m - JB 13 864 - JN 4 159 - PL 8 208 t - Ptot 16 192 kW (quatre moteurs 4T-9cyl Wartsila 9R32 connectés à quatre générateurs (de 3 916 kW chacun) qui alimentent deux moteurs électriques de propulsion Alstom (de 4 000 kW chacun) entraînant deux hélices à pas fixe à 188 tr/min) - V 16,2 nd - Propulseurs transversaux (deux prop. à l'avant + un prop. directionnel rétractable / deux prop. à l'arrière) - Générat. 1 x 970 kW - Constr. 2002 (Hanjin Heavy Industries & Construction (Busan, Corée du Sud) - Propr./Gérant/Opérat. France Telecom Marine (France) - Pav. FRA.

"Passerelle avant" et canot de sauvetage bâbord. En effet, comme on le voit sur la première photo (en haut de page), le câblier dispose de deux passerelles : à l'avant, la passerelle de navigation (photos ci-dessous)

La passerelle de navigation, panoramique, regroupe tous les appareils de navigation, ainsi que les commandes des deux moteurs de propulsion (moteurs électriques Alstom) et des quatre propulseurs transversaux Rolls-Royce (de 1 500 kW chacun), dont deux à l'avant et un à l'arrière, plus un propulseur orientable 360° rétractable (situé au tiers 'avant). Le navire est équipé d'un système de positionnement dynamique (DGPS Alstom), système indispensable pour des travaux qui demandent une très grande précision (précision surface de 5 m) malgré des conditions météotologiques pas toujours favorables (les tenues au point fixe peuvent durer plusieurs heures).

et, à l'arrière, la passerelle pour piloter les opérations de mise à l'eau ou de relevage du câble (photos ci-après). A droite, une vue partielle de la chambre des cartes et le local radio (avec station GMDSS)


A gauche, l'immense hangar dans lequel on débouche après avoir gravi la coupée. C'est là qu'arrivent les câbles sortant des quatre cuves de stockage situées en dessous (trois de 1 000 m3 chacune et une de 200 m3). Le navire peut charger 5 800 t de câbles. Les ouvertures de ces cuves de stockage des câbles sont protégées par des filets. Le câble à fibres optiques est enroulé sur des grands tourets (comme celui ci-dessous à droite) puis acheminé vers l'arrière du navire via les passages réservés sur les ponts.


Gouttières d'acheminement des câbles dans le hangar (qui débouche, à l'arrière du navire, sur le vaste pont de manœuvres des câbles)



Le RENE DESCARTES dispose de trois machines à câbles (motorisation électrique) : une machine linéaire de pose (Dowty) à 20 paires de roues pneumatiques (cf. les deux photos de gauche ci-dessous) et deux machines à tambour (également Dowty, ci-dessous à droite) de fort diamètre (4 m) associées en tandem à deux machines de retenue à quatre paires de roues. Le câble ainsi enserré dans des trains de pneus (serrage hydraulique) est lentement acheminé vers la plage arrière pour y être récupéré par la charrue dans le cas de pose, ou simplement maintenu raidi pour des réparations.



Il existe différentes techniques de pose du câble selon la nature et la profondeur des fonds marins. Pour les grands fonds, les câbles (plus minces car demandant moins de protection) sont simplement posés. Pour les plus petits fonds, les câbles (plus lourds car comportant un enrobage de protection plus important) sont enfouis pour éviter qu'ils soient crochés (lors de la remontée de chaluts par exemple). Ils sont "ensouillés" à l'aide de la "charrue" Elodie (ci-dessous) de la Société Simec. Le câble arrrive dans le haut de la charrue puis est transporté vers le soc qui creusera la tranchée d'enfouissement (un autre câble, visible sur la troisième photo, apporte l'énergie). Elodie est capable d'enfouir le câble jusqu'à 2 000 m de fond, dans une tranchée profonde de 3 m. La vitesse du navire est de l'ordre de 0,2 - 0,3 nd lors de l'ensouillage. 

Elodie : 10,54 m de long - 4,15 m de large - 6,17 m de haut - poids 29 t - capable d'ensouiller (profondeur maximale de tranchée 3 m) tous les types de câbles jusqu'à 2 000 m

En opération, la charrue (30 t environ) est placée au centre de la plage arrière du câblier, à l'aplomb du puissant portique oscillant (capacité 40 t) auquel elle est fixée. Puis le portique bascule vers l'arrière et la charrue est virée. La tranchée (profondeur maximale de 3 m à l'heure actuelle) est créée par l'effort tranchant du soc. La remorque (4 000 m maximum) est tractée par un treuil Rolls Royce de 65 t. Cette charrrue peut être utilisée jusqu'à une mer force 5.



Le RENE DESCARTES embarque également un ROV, engin de post-ensouillage, télécommandé à partir du navire (il reste lié à lui par un "cordon ombilical"). Le rôle d'Hector (Société Simec également) est de permettre la vérification à distance de la qualité de l'enfouissement du câble. Il peut, le cas échéant le parfaire. C'est également un outil précieux lors de la réparation de câbles ensouillés.


Ci-dessous, le "tracteur désensouilleur" dont le rôle est de désenfouir un câble pour qu'il puisse être remonté à bord du câblier. Portant des "grappins" (de différents types selon le câble à remonter et la nature des terrains sous-marins), il est traîné sur le fond. La tension est mesurée en continu et sa variation brutale permet de savoir que le câble est croché. il ne reste plus qu'à le remonter.

.


Ci-dessous, dans le local du bosco (maître d'équipage), différents grappins pour les divers types de fonds. Ce local est situé sous la plage arrière.


Aussières sur la plage arrière. A droite, une bouée d'ancrage pour câble lorsque le navire est utilisé pour de la maintenance. En effet, quand un câble est en avarie et que la portion en défaut a été repérée par le navire (par l'intermédiaire d'une perche acoustique), le câble est dragué avec un grappin, puis hissé jusqu'à la surface où il y est maintenu sur des bouées. Le câble est alors coupé, la partie saine restant accrochée à la bouée. L'autre côté du câble est ramené à bord, la partie défectueuse est supprimée et un nouveau tronçon de câble est jointé à l'extrémité saine du câble. La portion de câble ainsi réparée est alors remise à l'eau et raccordée à l'autre côté du câble toujours accroché à sa bouée. Le câble restauré est reposé au fond ou rensouillé.



Visite de la salle machines... à suivre

Nous remercions vivement France Telecom Marine, ainsi que le Commandant du RENE DESCARTES et son équipage, pour avoir autorisé cette visite et la publication des photos.

Françoise Massard - 30.06.2011

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net