Mise à quai du pétrolier HAIMA (16.11.2010)
Françoise Massard
Navires cités dans cette page : - André L - Attentif - Cognac - Haima - Michel DSR - Nord Discovery - V.B. Le Havre -
Cliquez sur les photos pour les agrandir

Un pétrolier de près de 250 m de long, le HAIMA, est annoncé sur rade de La Rochelle ce 16 novembre 2010. Il y est mouillé depuis 05h20 ce matin, arrivant de Gibraltar. Sa prise de pilote est prévue à 11h15. Trois remorqueurs sont requis. Je vais pouvoir suivre l'arrivée, l'évitage et l'accostage du navire à bord de l'un d'entre eux, l'ATTENTIF (merci à tout l'équipage du remorqueur). Appareillage de l'ATTENTIF prévu à 10h45, j'embarque donc à 10h30, au quai de service du remorqueur, dans le bassin à flot. Je monte à la passerelle. Peu après, les amarres sont larguées et le remorqueur s'écarte doucement du quai, passe la porte amont du sas, en avant lente en attendant que le pont tournant finisse de s'ouvrir, puis double la vigie de l'écluse.


Nous traversons l'écluse. Gros plan sur la porte aval qui avait été très fortement endommagée en juillet 2008 par le cargo ANNA (saisi et bloqué à quai dans le bassin à flot depuis lors). Nous l'avions vu déposée pour évaluation des dégâts en mai 2009. Nous débouchons dans l'avant-port, face à nous le cargo GOLDEN STAR.


GOLDEN STAR

.La vedette de pilotage nous double à grande vitesse (un petit bonjour, au passage, au pilote Burray et au patron de la vedette Le Corre). Les remorqueurs V.B. LE HAVRE et COGNAC nous rejoignent dans la zone du mole d'escale, en attente des ordres du pilote.



Le pétrolier HAIMA est bientôt en vue et les remorqueurs se mettent en route. Le COGNAC passera sa remorque à l'avant du navire, tandis que le V.B. LE HAVRE crochera au cul du pétrolier. L'ATTENTIF reste en stand by (nous interviendrons plus tard, comme pousseur).



Le "convoi" pétrolier - remorqueurs crochés fait route en direction du môle d'escale.




De notre côté, nous avançons parallèlement au pétrolier en restant sur son tribord.



L'accostage est prévu bâbord à quai au poste APWE de l'appontement pétrolier (au bout du môle d'escale). Le HAIMA va donc devoir éviter.


Les deux remorqueurs crochés se repositionnent : le COGNAC, à l'avant, part sur bâbord et le V.B. LE HAVRE, à l'arrière, tire sur tribord. Quant à l'ATTENTIF, il vient pousser à l'avant tribord pour accentuer le mouvement de giration sur bâbord du pétrolier.


Les aussières sont raidies au maximum (je n'entends pas d'où je suis, mais elles doivent crisser sur les poupées de treuils !), mieux vaut ne pas rester à côté au cas où l'une d'entre elles viendrait à se rompre. Sans doute une bonne poussée sur le cran de combustible de l'ATTENTIF si j'en juge par les remous...


Le lent évitage se déroule parfaitement bien et les lamaneurs sont déjà prêts à intervenir.


L'évitage est terminé et les remorqueurs avant et arrière se repositionnent de nouveau afin de rapprocher maintenant le pétrolier du quai. Le COGNAC amène progressivement l'avant du navire vers le quai. L'ATTENTIF se déplace pour venir pousser tribord milieu.


Début d'amarrage à 12h35 (je ne vois pas les lamaneurs d'où je suis, mais c'est généralement la garde montante avant qu'ils récupèrent en premier). Le V.B. LE HAVRE contrôle le mouvement du cul du pétrolier, tirant sur tribord arrière pour accentuer la rotation de l'avant vers le quai et facilitér la mise à terre et le capelage des aussières de l'avant.


Deriière le pétrolier en fin de manœuvre, le cargo NORD DISCOVERY. Sur l'aileron de passerelle du HAIMA, le pilote Buray suit attentivement les opérations. Le V.B. LE HAVRE récupère sa remorque.


Puis vient se positionner à côté de nous, en position de pousseur sur tribord milieu. L'ATTENTIF est libéré.



Les deux autres remorqueurs continueront de pousser le pétrolier contre le quai tant que toutes les aussières ne seront pas à terre. Sourires de satisfaction du commandant de l'HAIMA et du pilote après une manœuvre parfaitement réussie.



Mission bientôt terminée aussi pour les lamaneurs. Le pétrolier va pouvoir commencer à décharger ses 45 000 t de gazole. Son tirant d'eau à l'arrivée est de 14,60 m, il est quasi à ses marques (TE max 14,98 m). En provenance de Gibraltar, c'est sa troisième touchée de notre port (il y est déjà venu fin juillet et fin septembre de cette année). ETD le 18.11 en tout début de matinée, destination Rotterdam (Pays-Bas).


HAIMA (Panama) - IMO 9397896 - Indicatif d'appel 3FMI2 - MMSI 370455000 - Pétrolier - 245,50x42,00x21,50 m - TE 14,98 m - JB 59 705 - JN 32 837 - PL 110 046 t - P 14 280 kW (mot. 2T-7cyl MAN-B&W-Mitsui 7S60MC / hélice à pas fixe) - V 15,3 nd - Cap. 120 990 m3 (12 cuves) - Constr. 2009 (Mitsui Engineering & Shipbuilding, Tamano, Japon) - Propr./Gérant/Opérat. Mitsui OSK Lines (Tokyo, Japon) - Pav. PAN. Une douzaine de sisterships (au moins).

De son côté, l'ATTENTIF retraverse l'avant-port en direction du bassin à flot. Sur notre bâbord, la drague ANDRE L, sur notre tribord la drague MICHEL DSR (grosse activité du terminal sablier). L'écluse est claire, nous l'engainons, passant au pied de la Capitainerie.


Marques et codes de couleurs sur les pétroliers
Je m'interrogeais sur la signification d'un certain nombre de marques (chiffres er ronds de différentes couleurs) sur la muraille du HAIMA (pétrolier double coque). L'ex Commandant "au pétrole" Hervé Cozanet m'a fourni des explications ici résumées. Merci à lui.
La marque  4 | 3 (ci-dessus à gauche) positionne la cloison entre les tranches 4 et 3 du pétrolier.

Les ronds sur la coque au niveau des manifolds(1) sont peints pour faciliter le positionnement du navire à l'accostage. L'employé de terre qui se tient devant les bras de chargement ne voit que la coque, pas le pont, il sait donc ainsi où se trouvent les bouches. Les ronds portent un numéro à la convenance du bord. De même, sur le pont, les vannes sont peintes (par habitude) en vert pour le collecteur tribord, en rouge pour le collecteur bâbord, une autre couleur pour le troisième, en bleu par exemple, ou comme ici en jaune. Les ronds jaunes correspondent à la ligne de retour de gaz. Sur le pont, il doit y avoir une couleur repère rouge/jaune/rouge. C'est une norme internationale. Les ronds violets  doivent signaler les connexions soutes Fuel. Quant au rond blanc plus petit, peut-être la connexion soutes DO (mais c'est à valider). Il n'y a pas, semble t-il, de normes pour la couleur des vannes, à part peut-être rouge pour la vanne incendie, vert pour l'arrivée d'air et bleu pour le circuit d'eau douce.
A droite, notez sur le toit de la passerelle la sirène d'alarme "Tank overfill" qui alerte l'équipage quand une cuve atteint 95 % de sa hauteur de remplissage maximal (une deuxième alarme retentit à 98 %). Les différentes cuves sont équipées de capteurs "niveau bas" et "niveau haut". A cette alarme sonore, s'ajoute une alarme visuelle.

PS - Sur les pétroliers modernes il n'y a pas beaucoup de vannes cargo sur le pont. Autrefois, quand toutes les vannes étaient manuelles, les volants étaient peints de couleurs différentes (usuelles suivant les compagnies) afin de s'y retrouver plus facilement. A la SFTP par exemple, les vannes blanches étaient des sectionnements sur le collecteur longitudinal, tandis que les jaunes étaient des sectionnements sur les traverses.
(1) Le terme " manifold" (anglais évidemment, mais passé dans le langage technique français) signifie, d'après le Webster's : "a pipe with one inlet and several outlets or with one outlet and several inlets, for connecting with other pipes." Sur les pétroliers, les manifolds désignent l'ensemble des bouches de chargement.


(1) Amarre de bout de l'avant (head line)
(2) Traversier de l'avant (forward breast line)
(3) Garde montante de l'avant (forward spring)
(4) et (5) Amarres en belle (waist lines)
(6) Garde montante de l'arrière (after spring)
(7) Traversier de l'arrière (after breast line)
(8) Amarres de bout de l'arrière (stern lines).


Dernière mise à jour : 23.11.2010

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net