Quelques navires au port de... Madurodam ! (novembre 2009)
Françoise Massard
Cliquez sur les photos pour les agrandir
Plaisanterie bien sûr avec cette visite au "port de... Madurodam" ! Cela ne trompera personne évidemment, ce sont des maquettes intégrées à la plus "petite ville des Pays-Bas", la fameuse "Hollande en miniature" (échelle 1:25) de La Haye (Urbaniste : Siebe Jan Bouma) où j'ai eu l'occasion de retourner récemment. Belles réalisations (trente-cinq maquettistes travaillent à plein temps sur le site pour la création de nouvelles maquettes de tous types et la maintenance du bâti, sans oublier... la taille des 5 000 arbres qui ne doivent pas dépasser 60 cm de haut ! Certaines maquettes ont demandé plusieurs années de construction).

Ce site de Madurodam a été inauguré en 1952 en mémoire d'un jeune hollandais, George J.L. Maduro (né à Willemstad, Curaçao, en 1916), étudiant à l'Université de Leyde, héros de la Résistance, mort à Dachau le 9 février 1945. Ce sont ses parents qui ont financé ce site commémoratif de 18 000 m2. La Fondation Madurodam finance des organismes de bienfaisance. La "ville de Madurodam" a un conseil municipal (des jeunes de La Haye) qui, chaque année, élit son maire (un jeune lycéen)... dont le rôle est de baptiser les nouvelles maquettes ! Le site, c'est 66 000 habitants, 4 500 véhicules, une quinzaine de trains (plus de 4 km de voies ferrées et... 80 000 traverses), un aéroport avec quinze avions, et bien sûr le port avec une quarantaine de navires.

A gauche, le High Speed Sea Service HSS DISCOVERY de Stena, lancé en 1997 comme STENA DISCOVERY et assurant la ligne Hoek van Holland - Harwich (Angleterre) à la vitesse record de 40 nds. Il a été racheté en juillet de cette année (2009) par l'armement vénézuélien Albamar CA. A droite, le célèbre paquebot de la Holland America Line, le ROTTERDAM, lancé en 1959 et dont il devint le navire-amiral. Il assura la ligne Rotterdam-New York pendant dix ans, après quoi ce "liner" devint un simple navire de croisières, et ce jusqu'en 2000, date à laquelle il est désarmé suite à la faillite de son armateur (Premier Cruise Lines, Floride). Il est désormais un musée-centre de loisirs-hôtel à quai à Rotterdam. Son remorqueur, le ZWARTE ZEE, fut construit en 1963 et ferraillé en 1984.

Port miniature
Au premier plan, le navire à haute vitesse HSS DISCOVERY
Navire de croisières ROTTERDAM et remorqueur ZWARTE ZEE
L'ancien paquebot est maintenant un hôtel à quai
HSS DISCOVERY (Nassau) - IMO 9107590 - Transbordeur à grande vitesse - 126,60x40,02x12,50 m - TE 4,50 m - JB 19 638 - JN 5 891 - PL 1 500 t - Ptot 72 400 kW (quatre turbines GE Marine-Kvaerner Brug dont deux LM1600 et deux LM2500 / quatre water jets) - V 40 nds - Cap. 1 500 passagers (sans couchettes) / 360 voitures (1 820 m de linéaire) - Equipage 45 - Constr. 1997 (Finnyards Oy / STX, Rauma, Finlande) - Propr. Albamar CA (Vénézuela) - Gérant Northern Marine Management (Clydebank, Royaume-Uni) - Opérat. Stena Ro-Ro AB (Suède) - Pav. BHS - Ex STENA DISCOVERY (1997-2009). Sister ships : STENA VOYAGER (IMO 9080209) - STENA EXPLORER (IMO 9080194).
ROTTERDAM (Rotterdam) - IMO 5301019 - Navire-hôtel stationnaire (désormais) - 228,18x28,71x16,69 m - TE 9,04 m - JB 39 674 - JN 17 692 - PL 7 801 t - Ptot 28 318 kW (deux turbines Parsons-De Schelde / deux hélices à pas fixe) - V 21,5 nds - Cap. 1 114 passagers (571 cabines) / Equipage 560 (lorsqu'il naviguait) - Constr. 1959 (De Rotterdamsche Droogdok Mij. N.V., Rotterdam, Pays-Bas) - Propr./Gérant Rederij De Rotterdam (Pays-Bas) - Pav. NLD - Ex REMBRANDT (1997-2004 / Propr. Premier Cruises Lines) - Ex ROTTERDAM (1959-1997 / . Propr. Holland America Line).
ZWARTE ZEE (Rotterdam) - IMO 5423128 - Remorqueur - 77,50x12,86x6,91 m - TE 6,10 m - JB 1 539 - JN 155 - Ptot 6 620 kW - Constr. 1963 (J.&K. Smit's Scheepswerven, Kinderdijk, Pays-Bas) - Ex-Propr. Smit Salvage BV (Pays-Bas) - Pav. NLD. Démoli en 1984 par les Chantiers Li Chong Steel & Iron Works (Kaohsiung, Taiwan).

Modèle de porte-conteneurs
Un transbordeur de l'ex compagnie Seagull Ferries, le BRITANNIA
Navires dont j'ignore les noms... toute aIde sera appréciée

Précisions apportées par Philippe BrébantLe ferry BRITANNIA n’est autre que l’un des premiers navires construits spécialement pour la Olau Line entre 1981 et 1982 (OLAU HOLLANDIA et OLAU BRITANNIA) qui ont été remplacés, par la suite, par des navires plus gros, du même nom, avec un profil similaire, et qui ont fait le bonheur des Havrais lorsqu’ils étaient affrétés par la P&O comme PRIDE OF LE HAVRE et PORTSMOUTH. Aujourd’hui, les OLAU HOLLANDIA et BRITANNIA des première et seconde générations sont :
- OLAU HOLLANDIA (1981) - IMO 7928811 : devenu NORDLANDIA exploité entre Helsinki et Tallinn pour le compte de la Eckero Line
- OLAU BRITANNIA (1982) - IMO 8020642 : devenu JULIA pour Fastnet et devrait ré-ouvrir la ligne Swansea Cork
- OLAU HOLLANDIA (1989) - IMO  8712518 : devenu SNAV SARDEGNA naviguant entre Civitavecchia, Olbia et Palerme pour le compte de la société italienne Aliscafi SNAV SpA (groupe MSC).
- OLAU BRITANNIA (1990) - IMO 8712520 : devenu SNAV LAZIO, idem

A Madurodam, on a donc utilisé l’un des navires pour faire joli, mais ce ferry n’a pas existé sous les couleurs de Seagull Ferries, société qui, elle, a bien existé. Il faut remonter au début des années 70 pour voir cette compagnie assurer deux départs quotidiens entre Le Havre et Southampton. Les navires (sous pavillon allemand) étaient les SAINT GEORGE (IMO 7221512 - Construit en 1972) et SAINT CHRISTOPHE (IMO 7206859 - Construit en 1972), deux petits navires de fret qui ne transportaient pratiquement pas de passagers à l’exception des chauffeurs routiers (dont tout était fait pour qu’ils reviennent, bouteille de vin offerte ou cartouche de cigarettes, à cette époque tout était permis). Ils partaient du Havre au quai de Marseille, quai qui aujourd’hui est complètement vide puisque c’est ici que l’architecte Jean Nouvel doit y construire sa tour et son Centre de la mer... et qui a été le théâtre ce week-end du départ de la Transat Jacques Vabre. La compagnie, à l’époque, avait recruté au sein des rivaux Normandy Ferries et Thoresen, mais n’a jamais résisté à leur concurrence. Aujourd’hui, on trouve trace des deux navires dans les registres du Lloyd comme respectivement EVANGELISTAS (annoncé comme "broken up") et NUSA BAHAGIA (encore à flot - il a été le ROSE SCHIAFFINO entre 1980 et 1987).

A noter (photo du centre ci-dessous) les curieux ferry-boats à deux ponts qui reliaient, jusqu'à la moitié des années soixante-dix, les villes de Vlaardingen (située sur la rive Nord de la Nouvelle Meuse) et Pernis (située sur la rive sud).

Remorqueur - Lutte anti-incendie
Ferry-boats
Canal Herengracht - Amsterdam

Le "fluvial" n'est pas oublié. Ci-dessous, l'écluse la plus grande (je crois) des eaux intérieures néerlandaises, l'écluse Princess Beatrix. Les portes se lèvent et s'abaissent, les bateaux entrent et sortent des sas. Ils ne s'amarrent toutefois pas aux bajoyers... exemple à ne pas suivre !

Drague et convoi poussé
Ecluse Princess Beatrix - Nieuwegein (province d'Utrecht)

Ci-contre, à quai au fond, le vaisseau de la Compagnie des Indes Orientales (VOC / Vereenigde Oostindische Compagnie), le DE AMSTERDAM. Il a fait naufrage, en janvier 1749, près de Hastings (Angleterre), lors de son premier voyage vers les Indes néerlandaises.

Nous sommes bien aux Pays-Bas... comme le montrent les deux photos ci-contre. Nous n'avons plus affaire à des maquettes !

A gauche, petites péniches et bateaux de plaisance sur le "Vieux Rhin" (Oude Rijn en néerlandais), bras mort du Rhin (long d'une cinquantaine de kilomètres et qui se jette en mer du Nord à Katwijk après avoir travesé Leyde. A droite, l'ancien moulin à céréales à Woerden.


Françoise Massard - 10.05.2010

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net