Ferdinand de Lesseps et le Canal de Suez
Françoise Massard

Le 14 mars 1869, les eaux de la Méditerranée sont introduites dans les Lacs Amers et, le 15 août 1869, la jonction des deux mers est effective. Lesseps proclame à cette occasion : « Au nom de son Altesse Mohammed Saïd, je commande que les eaux de la Méditerranée soient introduites dans le Lac de Timsah, par la grâce de Dieu !».

L'inauguration a lieu du 17 au 20 novembre 1869, pure féérie orientale. Une réception grandiose est donnée par le Khédive à ses hôtes de marque, comme l'épouse de Napoléon III — l'impératrice Eugénie (le hasard de la vie fait que Ferdinand de Lesseps l'avait rencontrée toute jeune chez sa cousine la Comtesse de Montijo, et des liens d'amitié durables unirent Eugénie à Ferdinand, lequel, à plusieurs occasions, eut recours à elle pour se concilier la faveur de l'Empereur) — l'Empereur d'Autriche François-Joseph, le Prince de Galles et bien d'autres souverains, mais aussi nombre d'invités parmi les hommes de lettres ou de sciences (Théophile Gautier, Emile Zola, Henrik Ibsen, etc.). Quatre-vingt bâtiments, dont cinquante de guerre, partis de Port-Saïd, traversent le canal, équipages sur les vergues et pavois battant au vent, une véritable revue navale. Ils débouchent en Mer Rouge le 20 novembre.


Cérémonie religieuse oecuménique
sur la plage de Port-Saïd
(Doc. Unesco)
Arrivée de l'Empereur d'Autriche
à Port-Saïd
(Doc. Unesco)
Le khédive Ismaïl et F. de Lesseps
lors de l'inauguration
(Doc. Unesco)

Pour célébrer l'événement, le compositeur Giuseppe Verdi écrit Aïda sur une suggestion de l'égyptologue français (né à Boulogne/mer) Auguste Mariette. Ce dernier participa d'ailleurs à l'écriture du livret de l'opéra et conçut décors et costumes pour la première représentation qui eut lieu au Caire le 24 décembre 1871.

L'inauguration
peinte par Edouard Riou
Souper des Souverains à Ismaïlia
lors de l'inauguration (Doc. Unesco)
Tribune des Souverains à Ismaïlia
lors de l'inauguration (Doc. Unesco)
     
Mouillage de la flotille aux Lacs Amers
(Doc. Unesco)
Passage à El-Guisr
(Doc. Unesco)
Campement à Ismaïlia
(Doc. Unesco)
     
Arrivée du yatch impérial l'AIGLE à Ismalia
(d'après les croquis de Auguste Marc.
L'Illustration du 11 déc. 1869)
Navires sur le canal de Suez en 1869
(dessin d'Édouard Riou)
Voyage de l'Impératrice Eugénie
(Aquarelle d'Édouard Riou)
     
(1) Le document central ci-dessus a été publié en 1970 dans La Licorne n°9 et ici reproduit avec l'aimable autorisation de Charles Protat.


Au terme des travaux, le canal, d'une longueur de 162 km, de 54 m de largeur et profond de 8 m, traverse l'isthme de part en part. De nouvelles villes ont été créées de toute pièce dans le désert : Port-Saïd sur la Méditerranée (ainsi nommée en l'honneur du khédive), Suez sur la Mer Rouge et, entre les deux, Ismaïlia.

Port-Saïd en 1869
Paquebot Paul-Lecat à Port-Saïd en 1909
La maison de F. de Lesseps à Ismaïlia en 1899
     
Le Port de Suez vers 1907
(Cliché Ephtimios Frères)
Chemin de fer à vapeur en gare de Suez vers 1901
( Cliché Arougheti)
Les docks de Suez vers 1907
(Cliché Ephtimios Frères)


Et maintenant que le canal est terminé...

Sur le plan pratique, l'achèvement du canal de Suez permet de raccourcir d'environ 8 000 km (soit environ 20 jours) la navigation entre l'Europe du Nord et l'Asie, par rapport à l'ancien contournement de l'Afrique ("route du Cap de Bonne-Espérance").

Sur le plan économique, l'Egypte détient en 1869, on l'a déjà dit, 44 % du capital de la Compagnie. Elle reçoit en outre 15 % des bénéfices du Canal, de sorte que 59 % des profits lui reviennent. Cette situation devait durer jusqu'en 1968 puisque la concession était de 99 ans à partir de l'ouverture du canal. Mais, en 1875, le khédive Ismaïl se trouvait dans une situation financière déplorable et l'Angleterre en profita pour acquérir presque clandestinement ses 170 000 actions, devenant ainsi le principal actionnaire de la Compagnie du Canal de Suez. La perfide Albion avait enfin atteint son but ! Toujours préoccupé de la pérennité de son œuvre, Ferdinand de Lesseps négocia alors avec les armateurs anglais les tarifs de passage des navires de commerce sur "son" canal. Et en 1882, sous pretexte de la révolte d'Arabi Pacha, les troupes britanniques débarquèrent à Alexandrie et occupèrent bien sûr le... canal de Suez. C'est ainsi que l'Angleterre "régna" en Egypte pendant près de 75 ans !


Route
avant le canal
Route
après le canal

Page précédente
Page suivante

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net