Cherbourg et ses "Gares transatlantiques"
Françoise Massard


Façade nord, en plein soleil de midi (02.07.2006)


La gare maritime actuelle

Cette gare est celle de 1933, la troisième gare maritime de Cherbourg, mais remaniée à de nombreuses reprises. En partie détruite durant la Seconde guerre mondiale, puis reconstruite, elle est partiellement amputée en 1979, puis 1982. Après quelques temps d'hésitation sur son devenir, elle est finalement classée à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques et devient, en avril 2002, un complexe culturel voué aux grands fonds marins, la Cité de la Mer.

Conçue sur les plans de l'architecte René Levavasseur et de l'ingénieur Chalos, c'était au moment de sa construction l'un des plus grands bâtiments publics français après, disent certains, ... le château de Versailles (quand même !). C'est vrai qu'elle couvrait alors plus de 20 000 m2. Elle était destinée à recevoir, certains jours, plusieurs luxueux trains amenant de Paris les passagers devant embarquer sur les paquebots des plus prestigieuses compagnies maritimes (Hamburg Amerika Linie, White Star Line, Red Star Line, Cunard, etc.).
 
Pignon nord et façade
opposée au quai de France
Extrémité sud... à la place de l'actuel parking...
les rails du chemin de fer !

Dans les années trente, près d'un millier de paquebots ont escalé à Cherbourg, faisant transiter quelque 180 000 passagers, soit pratiquement trois fois plus que lors de l'inauguraton de la gare précédente, c'est-à-dire en 1912. Le port de Cherbourg vient alors juste après celui de Marseille pour son tonnage.

L'extrémité nord de la gare (le Quai de France se trouve à sa gauche)
A droite de la gare, on devine
le Quai de France

Le nouveau Quai de France permet l'accostage des plus grands navires, deux pouvant y escaler en même temps, et ce quelle que soit l'heure de la marée... car l'autre personnage providentiel du moment, c'est le génial polytechnicien Paul Minard qui a conçu le port en eau profonde, dont la construction est bien avancée. La nouvelle gare transatlantique sera inaugurée le 30 juillet 1933 (cf. "Historique" page suivante).

Diverses vues du Quai de France, auquel est accosté, en ce 2 juillet 2006, le QUEEN ELIZABETH 2

Les passagers quittant le paquebot par les passerelles de quai arrivent directement dans la magnifique Salle des Douanes, ci-dessous à différentes heures et sous différentes lumières.


De la Salle des Douanes, le passager traverse un autre grand hall (mêmes dimensions), la Salle des Pas perdus. En ce 2 juillet 2006, des étals recouverts de produits locaux y étaient installés, avec des cherbourgeois et autres normands en habits folkloriques attendant les passagers du QUEEN ELIZABETH 2 arrivant en escale. Puis le passager emprunte un grand escalier de pierre (du style de celui ci-dessous) qui le conduit directement dans le grand hall d'entrée (cf. ci-dessous à gauche), lequel sert maintenant aussi de hall d'accès à la Cité de la Mer.

Grand hall commun à la gare
et à la Cité de la Mer
Entrée générale
Le hall des trains de la gare transatlantique
en 1933
(Doc. Ph. Jean / Cité de la Mer)

La Cité de la Mer comprend deux grands espaces : la Grande Halle, située dans l'ancien hall des trains, et le Pavillon des Expositions permanentes, construit au-dessus de la darse qui accueille le premier sous-marin construit à Cherbourg, le REDOUTABLE. Y est également exposé le bathyscaphe Archimède qui, juste un an après son lancement à Toulon, atteignit le 25 juillet 1962 une profondeur de près de 10 000 m dans la fosse japonaise des Kouriles. Il participa à de nombreuses missions scientifiques jusqu'en 1974.



Détails sur le Redoutable - Détails sur l'Archimède

Parallèlement à la Cité de la Mer, la gare transatlantique continue de jouer son rôle de gare maritime : pas moins de 16 escales sont programmées en 2006 et le Quai de France accueillera 13 navires de croisière, dont quatre n'y sont encore jamais venus. C'est pourquoi un nouveau Terminal Croisières est en cours d'aménagement, comme on le voit ci-contre sur la photo du 02.07.06. Y seront effectués l'enregistrement des bagages, ainsi que les contrôles de douane et de police. C'est le JEWEL OF THE SEAS (Royal Caribbean Cruise) qui l'inaugurera le 12 septembre prochain.

Un autre bâtiment dont l'histoire est liée à celle des gares transatlantiques de Cherbourg est le fameux Hôtel Atlantique (photos ci-dessous) capable d'accueillir 2 500 personnes. En effet, cet hôtel fut construit — avec le financement des grandes compagnies maritimes (Cunard, White Star et Red Star) — pour recevoir les émigrants avant leur embarquement (Cherbourg est devenu un grand port d'émigration à partir de 1920 : environ 50 000 émigrants par an). Il faut imaginer que, certains jours, il pouvait y avoir jusqu'à six ou sept paquebots escalant à Cherbourg ! Ce bâtiment comportait des installations ultra-modernes pour l'époque, avec cabinets médicaux, salles de désinfection, dortoirs spacieux auxquels étaient annexées des salles de bains avec baignoires et des lingeries, vastes réfectoires, immenses cuisines servant des menus adaptés aux... différentes religions des émigrants ! Un autre établissement, beaucoup plus modeste, l'Hôtel de New York (une ancienne scierie), fut lui construit par la Royal Mail, compagnie alors spécialisée vers l'Amérique du Sud.

Ces établissements avaient aussi (et peut-être surtout) pour but de limiter le temps de quarantaine (une semaine, voire plus) des passagers... et donc des navires lorsqu'ils arrivaient à New York, les Américains étant hantés par les épidémies. Un suivi sanitaire avant le départ de Cherbourg permettait de limiter le temps d'immobilisation des paquebots à l'arrivée... Pour la petite histoire, avant la construction de l'Hôtel Atlantique, le ROYAL GEORGE avait été transformé en bateau-hôtel... mais très vite assimilé à un "ponton"... vous savez ces tristement célèbres prisons pour marins anglais.

L'Hôtel Atlantique, reconverti et abritant aujourd'hui la CCI de Cherbourg-Cotentin

Historique des gares transatlantiques de Cherbourg : cf. page suivante

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net