Pont transbordeur du Martrou (Rochefort)
Françoise Massard

Cliquez sur les photos pour les agrandir

Le pont transbordeur du Martrou, près de Rochefort, fut, comme les cinq autres construits en France à la charnière des XIXe et XXe siècles, l'œuvre de l'Ingénieur Ferdinand Arnodin (1845 Sainte-Foy-lès-Lyon / 1924 Châteauneuf-sur-Loire). Ci-dessous, quelques photos dudit transbordeur de Rochefort, faites "de terre" le 25.03.2009.


Cinq transbordeurs furent construits en France (et un sixième jamais achevé), tous sur le même principe, ici cités dans l'ordre chronologique :












Rouen : inauguré le 15 septembre 1899 - dynamité par les Français le 9 juin 1940 pour ralentir la progression de l'armée allemande
Rochefort : mis en service le 8 juillet 1900 - le seul encore debout et opérationnel (cf. photos ci-dessus)
Nantes
: inauguré le 28 octobre 1903 - peu enttretenu et rongé par la rouille, son fonctionnement fut arrêté en 1954 ; une souscription fut lancée pour sa restauration, mais le projet n'aboutit pas et, le transbordeur nantais fut progressivement démantelé entre mai et octobre 1958
Marseille : ouvert au public le 24 décembre 1905 - partiellement démoli par les Allemands le 21 août 1944, sa destruction fut achevée par les Français juste un an plus tard (le 31 août 1945 exactement)
Brest : ouverture en août 1908 d'un pont transbordeur qui n'était autre que celui de .... Bizerte construit en 1898 ; ce dernier fut démonté en Tunisie (car il empêchait la création d'un nouveau port militaire), puis remonté à Brest - détérioré au cours du conflit 39-45, il fut démonté en 1947 et ses matériaux récupérés
Un sixième, celui de Bordeaux : la première pierre fut posée le 19 septembre 1910, mais les travaux furent interrompus pendant toute la durée de la première guerre mondiale, à la fin de laquelle il n'y avait que les pylônes ; les années passèrent sans que soient réglés problèmes financiers et techniques pour ce pont qui se voulait le plus important de tous - les pylônes furent finalement détruits le 18 août 1942 par les Allemands... pour en récupérer la ferraille), le "pont" fut donc détruit avant même d'être terminé (l'aurait-il jamais été d'ailleurs ?)..

Voici trois cartes postales d'archives (je n'ai malheureusement pas pu identifier les auteurs des photos)

Pont transbordeur de Rouen
Pont transbordeur de Nantes
Pont transbordeur de Marseille


Mais revenons au pont transbordeur du Martrou qui nous intéresse plus précisément ici. En voici quatre autres photos faites dans différentes circonstances.

A bord du LARCH (mars 2009)
Pont vu de la berge côté rive gauche, en juin 2009
A bord du MEKHANIK KRASKOVSKIY (avril 2010)

"Le pont transbordeur consiste en un tablier suspendu au-dessus du fleuve, à une distance telle que les navires puissent passer dessous. (...) Les points de support de ce tablier se trouvent en dehors des chenaux navigables. (...) Ce tablier n'a pour mission que de porter des rails sur lesquels roulent des galets en nombre suffisant pour porter une plateforme pendue en dessous par des câbles dont la tension est réglée de telle sorte que cette plateforme accoste au niveau des quais sur chaque rive. (...) Cette plateforme comporte une voie charretière pour les voitures bordée, de chaque côté, d'un trottoir pour les piétons". C'est ainsi que l'ingénieur Ferdinand Arnodin présentait son projet en 1896.

Cet ingénieur (français) est considéré en France comme le "père" du concept du transbordeur. Certes, tous les transbordeurs français (plus celui de Bizerte, cf. supra, et un en Angleterre) furent construits sur ses plans et dans son usine de Châteauneuf sur Loire, mais il eut des précurseurs à l'étranger : l'Américain J.W. Morse et l'Anglais Ch. Smith ont presenté des projets très proches en 1869 et 1873 respectivement. Enfin, exactement en même temps qu'Arnodin, l'Espagnol Alberto de Palacio proposait un projet similaire à son gouvernement. Ceci étant dit, la valeur des constructions conçues par cet ingénieur des Arts et Métiers n'est en rien remise en cause.

Le pont du Martrou relie la rive droite de la Charente, côté Rochefort, à la rive gauche au niveau d'Echillais. Voici quelques photos de la construction, acquises (en juin 2009) à la "Maison du transbordeur", petit musée dédié à cette construction.

La première photo montre le pylône rive gauche en cours de montage. Sur la deuxième photo, des moyens de levage. Troisième photo, la construction du pylône rive droite est terminée. Sur la photo suivante, massif d'ancrage des câbles en phase d'achèvement. Enfin, sur la photo de droite, on voit les câbles reliés entre les pylônes et les massifs d'ancrage, avec le chariot mobile auquel la nacelle sera suspendue (photo partielle).

Les travaux débutèrent en mars 1898. Pendant qu'on construisait sur place routes d'accès au chantier, quais, piles, massifs d'ancrage, machinerie, etc. les pièces constitutives du transbordeur étaient fabriquées dans l'usine qu'Arnodin avait créée à Châteauneuf sur Loire en 1872, puis elles étaient acheminées par chemin de fer jusqu'à Rochefort et assemblées (par rivetage) sur place. La construction des pylônes demanda quatre mois et le montage du tablier sept mois.. Puis fut installée la nacelle. Phase finale de tests de fonctionnement incluse, le chantier du Martrou aura duré 27 mois puisqu'il a été mis en service en juillet 1900.

Ses caractéristiques au moment de la construction : hauteur des pylônes 66 m - longueur du tablier 175 m - hauteur minimale au-dessus du plan d'eau 50 m - dimensions de la nacelle 11,5 x 4 m.- le chariot supportant la nacelle était tracté par un câble enroulé sur un treuil à tambour mû par une machine à vapeur.

Il fonctionna jusqu'en 1967, puis fut totalement abandonné. Classé "monument historique" en 1976, il fut entièrement restauré, fonctionne donc encore mais ne l'empruntent désormais que bicyclettes et piétons, les voitures passant la rivière sur le "Viaduc" voisin (ouvert à la circulation en juin 1991).


Sources : divers documents personnels - archives de la Maison du Transbordeur à Rochefort et du Musée de la Marine de Loire de Châteauneuf sur Loire - et surtout l'incontournable ouvrage de J. Sigot La France des transbordeurs paru en 2005.



 
Dernière mise à jour : 13.04.2010

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net