De Vancouver à Pékin à bord du DIAMOND PRINCESS (septembre 2010)
Françoise Massard

 
La vignette du Diamond Princess, en haut à gauche de chaque page, renvoie à la première page du dossier. La flèche ci-contre (à droite) mène au bas de la page, d'où l'on peut naviguer de page en page. L'ancre-vignette (rouge) en bas de page renvoie en haut de page. Il est aussi possible, grâce à la barre d'outils ci-dessous, de faire une recherche par mot-clé, par date, par navire ou encore par page. Par ailleurs, cliquer (ou double-cliquer) sur les photos permet de les agrandir (Ctrl+w ou clic gauche sur la croix en haut de page ferme la fenêtre de l'image grand format et permet de revenir à l'écran principal).



Recherche par escale


Mardi 28 septembre 2010

VLADIVOSTOK (Russie)
Ci-dessus, les armoiries de Vladivostok : à gauche, celles de la ville proprement dite, le Tigre de Sibérie (Amba, comme il est appelé ici); à droite, celles de sa province, le Krai de Primorie.

Fondée en 1860 par Nikolay Muravyov (alors Gouverneur Général de la Sibérie Orientale), la ville de Vladisvostok est la "capitale" de l'Extrême-Orient Russe (Владивосток signifie justement "qui domine l'Orient"). Elle totalise environ 700 000 habitants. C'est la capitale administrative de la République de Primorie ou Krai de Primorie (Primoski Kraï en russe) ou République Maritime, l'un des "sujets fédéraux" de Russie. Son développement économqie date du début du XXe siècle, concomittant avec l'arrivée du chemin de fer (le Transsibérien) jusqu'à Vladivostok, Mais, durant toute la "période soviétique", la ville fut fermée aux étrangers (et même aux Russes non habilités), le port étant la principale base navale de la "Flotte Russe du Pacifique". Vladivostok fut ainsi une "ville-forteresse" entre 1948 et 1992.


La principale (et plus ancienne) avenue de Vladivostok, la Svetlanskaya, avait pour nom originel Amerikanskaya, cad "rue américaine", en l'honneur de la frégate US America qui fit des voyages d'exploration dans la région, avec des russes embarqués, dans les années 1855-1860). Son nom actuel fait référence à la frégate Sveltana à bord de laquelle le Grand Duc de l'Empire Russe visita la ville. Elle borde la Place Centrale, officiellement appelée Square of the Fighters of Soviet Power in the Far East. De l'autre côté de cette place, créée en 1960, le front de mer. Au milieu de la place est érigé le monument aux Fighters for Soviet Power in the Far East, au sommet duquel un trompette tient son instrument dans la main gauche (en l'orientant vers le large... la Baie de la Corne d'Or est en face) et une bannière dans la main droite. Ce trompette voulait symboliser la puissance soviétique de l'époque. Comme on le voit ci-dessus, la place est dominée par un building blanc (parements de façade en marbre blanc), bien évidemment surnommé la "Maison Blanche" ! Dessiné par l'architecte E. Rozanov, il fut achevé en 1983 et abrita alors le Comité Régional du Parti Communiste. De nos jours, il héberge l'Administration Régionale de Primorie.



Donnant sur cette place, mais de l'autre côté de la Svetlanskaya, le mémorial à la gloire des marins morts durant la Seonde Guerre mondiale.


Le complexe commémoratif de Karabelnaya Neberejnaya

Cet immense mémorial est dédié à la mémoire des marins de la Flotte Soviétique du Pacifique durant ce que les Russes appellent la "Grande Guerre Patriotique" (Великая Отечественная Война), et que les Français nommaient le "Front de l'Est" lors de la Seconde Guerre mondiale (et les Allemands, la "Campagne de Russie"). Cette période juin 1941 - mai 1945 fut dévastatrice sur le Front de l'Est, les pertes humaines (militaires et civiles) y étant estimées à 30 millions, soit presque la moitié de l'ensemble des victimes du conflit mondial 1939-1945 (62 millions de morts est le chiffre traditionnellement avancé).


Poignante liste de milliers de noms gravés dans le métal au fil de ce long mur. Ce monument a été inauguré le 7 mai 1965, à l'occasion du 20e anniversaire de la victoire lors de la Grande Guerre patriotique de 1941-1945, comme le stipule la plaque commémorative ci-dessous signée de MM. A. Mikoyan et M. Georgadze (Présidium du Soviet suprême). Elle loue le courage et la détermination des marins de la Flotte du Pacifique dans la défense de la Patrie Soviétique et leur attribue (par décret) l'Ordre du Drapeau rouge (encore dit Ordre de la Bannière rouge), qui était la plus haute décoration militaire soviétique — Merci à Philippe Lauga et à Georges Havelka pour leurs traductions). Dominant ce lieu de mémoire, une petite chapelle éclatante de blancheur et dont le dôme doré brille dans le soleil (... revenu !).


Au pied de ce monument, et face au front de mer, l'ex sous-marin S-56 qui a combattu pendant la Seconde Guerre mondiale et est désormais un musée.


Le sous-marin S-56

Ci-dessous quelques photos globales du sous-marin d'attaque S-56 (en français, mais C-56 en cyrillique). Comme son nom le laisse supposer, ce sous-marin appartient à la classe dite "S" pour "Srednyaya" (car il s'agissait de sous-marins de taille "moyenne"), classe qui comprenait une cinquantaine d'unités construites entre 1934 et 1948 (chantiers à Léningrad / Saint-Petersbourg, Nikolaïev et Gorki). Ce sous-marin se targue d'avoir coulé dix navires des forces Nazies. Les navires de cette classe auraient, à eux seuls, coulé le tiers du tonnage détruit par les sous-marins soviétiques pendant ce conflit.



S-56 - Sous-marin - 77,80x6,40 m - TE 4,40 m - Déplacement 840 t (en plongée) / 1 050 t (en surface) - Ptot 2 945 kW / 4 000 ch (deux moteurs Diesel / deux moteurs électriques de propulsion (de 405 kW / 550 ch chacun) / deux hélices) - V 19,5 nd (en surface) / 9 nd (en plongée) - Deux périscopes - Equipage 45 (dont 8 officiers et 16 sous-officiers).



L'arrière du sous-marin devenu musée a été transformé pour accueillir deux salles d'exposition. La première salle (photos ci-dessous) présente de nombreuses photos d'époque. Malheureusement, les légendes ne sont qu'en cyrillique.


Le deuxième salle présente encore quelques photos et cartes, mais aussi de nombreux appareils de bord dont quelques spécimens ci-dessous (trop de reflets pour photographier les autres). Sur la photo de gauche, on voit le buste de l'un de ses commandants qui s'est particulièrement illustré pendant la WWII : le Captain G. I. Shchedrin (nommé "Héros de l'URSS").



Tout l'avant du sous-marin est resté en l'état et se visite en passant par les "trous d'homme". A droite, une partie du carré.


Ci-dessous à gauche, le local radio. Puis les quatre tubes lance-torpilles de l'avant (il y en avait aussi deux à l'arrière) de 533 mm. Il en embarquait douze avant chaque opération. Comme on le voit sur les photos extérieures (cf. supra), il disposait en plus de deux canons anti-aériens (l'un sur le pont, l'autre sur la tourelle).


Je continue ma découverte de Vladivostok par une visite plus pacifique, celle du Musée Scientifique (au 37 Okeanskii Prospect).


Scientific Museum (Vladivostok)

Ce Scientific Museum, qui fait partie de la Far Eastern State University (FESU), a été ouvert en 1958, à l'occasion de la célébration du Centenaire de l'Université. Il comporte des salles d'expositions permanentes, un hall d'exposition temporaire et une boutique. Il dispose d'environ 40 000 "pièces" (animales et autres) dont près de la moitié sont des espèces rares. Ce n'est pas un musée immense (en tout cas, ce que j'ai pu en voir), mais il est joliment présenté et très intéressant.


Une place particulèrement importante y est réservée à la zoologie, avec des espèces animales (de l'ordre de 3 000) venant du monde entier.


A noter une très belle collection d'oiseaux (environ 450), mais aussi d'insectes (500), de poissons (300), etc. Quelques vitrines, à titre d'exemples.


Quelque 800 spécimens de coraux, coquillages et mollusques


C'est aussi un musée archéologique


et un musée ethnographique


Il comporte également une collection botanique, ainsi qu'une collection de livres rares (dont des "incunables") russes et étrangers.


Eglise de la Vierge Marie (Vladivostok)

Face au musée, la Church of Intercession Virgin Mary que je ne manque donc pas d'aller visiter.


A gauche, l'intérieur de l'église avec vues rapprochées de sa magnifique iconostase. A droite, jouxtant la précédente, l'église de Ioann Kronshtadtskiy.



Encore un peu d'architecture à Vladivostok

Enfin, quelques photos d'immeubles faites un peu au hasard de mes pérégrinations dans la ville. A gauche, la Poste centrale de Vladivostok depuis 1900 (architecte A. A. Gvozdziovsky). La troisième photo présente le célèbre Grand Magasin Gum et la photo suivante le montre en 1893 (il était alors connu comme la Maison de commerce Kunts et Albers, du nom de ses fondateurs — en 1864 — allemands Gustav Kunst et Adolf Albers). Cet établissement privé fut nationalisé après la Révolution de 1917 et sert de "Grands Magasins" depuis 1934.

Poste centrale
Grand Magasin Gum
Maison de commerce Kunts et Albers

Ci-dessous, sur la troisième, un bâtiment universitaire et, à droite, la Banque Primorie.



Dernière mise à jour : 06.02.2011

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net