De Vancouver à Pékin à bord du DIAMOND PRINCESS (septembre 2010)
Françoise Massard

 
La vignette du Diamond Princess, en haut à gauche de chaque page, renvoie à la première page du dossier. La flèche ci-contre (à droite) mène au bas de la page, d'où l'on peut naviguer de page en page. L'ancre-vignette (rouge) en bas de page renvoie en haut de page. Il est aussi possible, grâce à la barre d'outils ci-dessous, de faire une recherche par mot-clé, par date, par navire ou encore par page. Par ailleurs, cliquer (ou double-cliquer) sur les photos permet de les agrandir (Ctrl+w ou clic gauche sur la croix en haut de page ferme la fenêtre de l'image grand format et permet de revenir à l'écran principal).



Recherche par escale


WHITTIER (Alaska - Etats-Unis)
Lat. 60° 47' N - Long. 148° 42' W  —    UTC - 9

Nous avons quitté College Fjord le 17.09 en soirée, route ouest vers notre dernière escale en Alaska : Whittier. Prise de pilote (obligatoire) à Pigot Point, puis chenalage dans Passage Canal. La première aussière est amenée à quai peu après minuit. Nous passons donc la nuit du 17 au 18.09 à quai. Pas de photos pour cette navigation de nuit et cet atterrage tardif.


Samedi 18 septembre 2010

Je découvre Whittier au lever du jour. C'est un petit (tout petit) port situé au SE d'Anchorage (à environ 120 km), sur la côte ouest de Prince William Sound, comme le montre la carte Google Earth ci-dessous. Sa position exacte est 60° 47' N - 148° 42' W. Son nom lui a été donné en hommage au poète américain John Greenleaf Whittier (1807-1892), anti-esclavagiste notoire. Glaciers et cascades entourent cette petite bourgade portuaire qui n'est accessible par la route que depuis juin 2000 (train et voitures empruntant alternativement le même tunnel long de 4 km). Le port, en eaux profondes, reste libre de glace toute l'année.


Whittier, curieuse "ville" où presque toute la population (70 % des habitants) vit dans un seul immeuble (photos de droite ci-dessous). En fait, Whittier a été créé quasi de toute pièce, au début des années 1940, par l'armée américaine, comme alternative au port de Seward (une autre base militaire américaine durant la World War II). Le camp Sullivan a fonctionné jusqu'en 1960. Il comprenait port, gare ferroviaire et diverses installations militaires. Il permettait de ravitailler en fuel les bases situées à l'intérieur du pays (Alaska). Les soldats et leurs familles vivaient dans le grand bâtiment (deuxième photo ci-dessous) appelé le "Buckner Building" ou, de façon imagée, la "city under one roof", et dans l'autre immeuble, de 14 étages, alors appelé "Hodge Building" (actuellement "Begich Towers", du nom de Nick Begich, membre du Congrès US décédé en 1972 dans un accident d'avion de tourisme, alors qu'il était en campagne électorale). Dans les années 1950-1960, la population était d'environ 1 200 âmes. Après le départ de l'US Army, elle tomba à moins de 100. Un fort tremblement de terre secoua l'Alaska en 1964 et Whittier subit beaucoup de dégâts, surtout à cause du tsunami qui suivit. Le Buckner Building, très touché par le séisme, est depuis totalement abandonné.


Whittier city
Buckner Building
Hodge Building / Begich Towers
Hodge Building / Begich Towers

Une épaisse couche de neige recouvre Whittier pendant de longs mois d'hiver, et la population (environ deux cents habitants à l'année) vit alors dans la "bulle" que constitue leur unique immeuble (le "condo" Begich Towers) qui comporte non seulement les appartements, mais aussi les commerces et les lieux de détente (cinéma, théâtre, etc.). Un souterrain dessert l'école à partir de l'immeuble.

Ci-dessous, quelques photos du DIAMOND PRINCESS vu du quai de Whittier.

NUNATAK et KLONDIKE EXPRESS
NUNATAK et KLONDIKE EXPRESS
DIAMOND PRINCESS
DIAMOND PRINCESS

Notre appareillage étant prévu à 17 h, j'en profite pour faire une excursion de la journée... en bateau, mais plus petit celui-là, afin de pouvoir approcher de plus près les côtes sauvages de Prince William Sound et les glaciers qui l'entourent. Je navigue donc 6h à bord du bateau à passagers NUNATAK (cf. photo ci-dessus à gauche, le premier sous le réverbère). Il est amarré devant le KLONDIKE EXPRESS (coque à bandes rouges ci-dessous), autre navire à passagers, mais plus gros..

DIAMOND PRINCESS
KLONDIKE EXPRESS
KLONDIKE EXPRESS
KLONDIKE EXPRESS

KLONDIKE EXPRESS (Whittier) - IMO 8642983 - Indicatif d'appel WDB5931 - MMSI 367020870 - Vedette à passagers - 40,47x10,35x3,04 m - TE 1,77 m - JB 420 - JN 163 - Ptot 4 576 kW (deux moteurs 4T-16cyl M.T.U 16V4000M70 / deux water-jets) - V 37 nd - Cap. 350 passagers - Constr. 1999 (Nichols Brothers Boat Builders, Freeland, WA, Etats-Unis) - Gérant/Opérat. Phillips EB (Anchorage, AK, Etats-Unis) - Pav.USA.

C'est donc à bord du NUNATAK (ci-dessous) qye je passe une grosse partie de la journée à naviguer dans les différents fjords que l'on voit sur la carte.

NUNATAK
NUNATAK
NUNATAK

NUNATAK (Whittier) - 26,50x6,70 m - JB 95 - JN 65 - Vmax. 28 nd - Cap. 149 passagers - Constr. 1996 (Westport Yachts Shipyard, Westport, WA, Etats-Unis).

Les "locaux" (folks, comme on dit aux US) disent "qu'il n'y a que deux saisons à Whittier : l'été — qui commence avec l'arrivée du premier navire de croisière, vers la mi-mai, et qui s'achève avec le départ du dernier paquebot, vers la mi-septembre — et l'hiver, le reste de l'année" ! Soit neuf mois d'hiver !

Le DIAMOND PRINCESS vu de la mer cette fois-ci. Nous avons quitté Whittier à bord du NUNATAK et nous naviguons sur Prince William Sound.

DIAMOND PRINCESS
DIAMOND PRINCESS
DIAMOND PRINCESS
DIAMOND PRINCESS

Hormis les "settlements", disons "villes" de Cordova, Valdez et Whittier, cette région de Prince William Sound est quasi inhabitée... sauf dans la mer !


Paisible navigation dans un environnement superbe, autour de Esther Island. De nombreux rochers à fleur d'eau, le paradis pour les goélands arctiques.


Tout autour de nous, d'épaisses forêts de conifères... que ce doit être joli en hiver !


Nous passons devant une grosse unité d'élevage de saumons, la Wally Norenberg Hatchery, située dans la partie sud de Esther Island.


Eaux cristallines, sombres et denses forêts... belle et puissante nature !


Durant notre progression, nous traversons de temps en temps des bancs de brouillard épais, au ras de l'eau et très localisés, puis nous retrouvons soleil et ciel bleu. Nous contournons Esther Island par le sud, puis embouquons Esther Passage pour remonter vers le N-E.


Nous remontons Port Wells, puis Barry Arm.


puis laissons sur notre tribord Barry Glacier, Serpentine Glacier et Cascade Glacier


... avant de mettre le cap au 270 pour embouquer Harriman Fjord


dans le but de découvrir Surprise Glacier... belle "surprise" en effet !


Notre "comité d'accueil" est des plus sympathiques ! Ces loutres de mer (sea otters) ne sont nullement gênées par notre approche et, si certaines d'entre elles relèvent la tête pour voir "l'intrus", d'autres continuent paisiblement leur sieste. Elles mesurent environ 1,5 m de long (60 cm à la naissance) et pèsent autour de 45 kg (2,5 kg à la naissance). C'est le plus petit mammifère marin (m'a t-on dit), mais celui dont la fourrure est la plus dense dans le monde animal : un million de poils par "square inch", soit plus de 150 000 poils au centimètre carré si je ne me trompe ! Les loutres de mer se nourrissent de crabes, de clams, d'oursins (... avec ou sans carapaces ?), de poulpes et autres invertébrés marins.


Le spectacle continue. C'est d'autant plus impressionnant qu'hormis les passagers de notre petit "bateau", pas un humain à l'horizon, la nature, rien que la nature.




La densite de glaces flottantes augmente au fur et à mesure que nous nous approchons du front du glacier.



Nous ne nous lassons pas du paysage (et cela fait pourtant déjà huit jours que nous naviguons en Alaska), mais l'après-midi est déjà bien entamé et nous devons être de retour à bord du DIAMOND PRINCESS à 16h pour un appareillage à 17h. Alors nous redescendons Port Wells, puis engainons Passage Canal pour revenir à Whittier.


Je remonte à bord à 16h , juste au moment où je peux prendre connaissance du "point".

Point de 16h00 — Nous sommes encore à quai à Whattier, notre position précise étant 60° 47' N / 148° 42' W - Température de l'air 13 °C - Humidité 72,0 % - Pression 1 018 hPa - Vitesse du vent 11,1 nd - Direction du vent 231° - Mer "moderate" (1,25-2,;50 m) - Distance à parcourir jusqu'à notre prochaine escale , Muroran 'Ile d'Hokkaido) 3 150 milles, soit 5 833 km environ (ETA 26.09.2010 à 08h00).

Je remonte dans ma cabine et m'installe sur mon balcon (c'est l'heure du thé) quand... soudain mon regard est attiré par des remous à la surface de l'eau. Un jeune "harbor seal" ou "phoca vitulina", ou en langage vernaculaire "phoque commun", fait des ronds dans l'eau face à moi. J'en verrai deux autres ensemble peu avant l'appareillage. Pesant moins de 10 kg à la naissance, ils peuvent atteindre 150 kg à l'âge adulte (pour une longueur de1,8 m). Ils se nourrissent de poissons (appréciant tout particulièrement le capelan, qui est une variété de saumon) et de crustacés (crevettes en particulier).


Nous appareillons comme prévu à 17h00 (heure locale évidemment... nous avons 10 h de retard par rapport à la France). Nous avons parcouru, depuis notre embarquement à Vancouver (Canada), 1 620 milles, soit 3 000 km. Nous mettons le cap sur le port de Muroran (Japon) distant de 3 106 milles (5 752 km), soit une huitaine de jours de mer pour l'atteindre.


Prochaine escale dans 3 106 milles, soit pas loin de... 6 000 km !


Page précédente
Dernière mise à jour : 27.11.2010

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net