De Vancouver à Pékin à bord du DIAMOND PRINCESS (septembre 2010)
Françoise Massard

 
La vignette du Diamond Princess, en haut à gauche de chaque page, renvoie à la première page du dossier. La flèche ci-contre (à droite) mène au bas de la page, d'où l'on peut naviguer de page en page. L'ancre-vignette (rouge) en bas de page renvoie en haut de page. Il est aussi possible, grâce à la barre d'outils ci-dessous, de faire une recherche par mot-clé, par date, par navire ou encore par page. Par ailleurs, cliquer (ou double-cliquer) sur les photos permet de les agrandir (Ctrl+w ou clic gauche sur la croix en haut de page ferme la fenêtre de l'image grand format et permet de revenir à l'écran principal).



Recherche par escale


Sapporo (Japon)

Dimanche 26 septembre 2010

Sapporo, plus grande ville et capitale de l'île japonaise d'Hokkaido (île la plus septentrionale de l'archipel), compte environ 1 600 000 habitants (c'est la cinquième ville du Japon, par sa population). Elle semble "naturellement" desservie par le port de Muroran (et non celui d'Otaru). C'est une ville récente (moins de 150 ans), même si elle s'est développée sur l'emplacement d'un ancien village Ainu (les Aïnous, probablement venus de l'extrême Est de la Russie mais originaires d'Asie Centrale, sont l'une des deux ethnies dont descendent les actuels Japonais, ceux aux traits plus "caucasiens" que "mongoloïdes" ; l'autre ethnie correspond aux Matsumae, qui descendraient d'une très ancienne et puissante famille japonaise de commerçants, les Takeda, dont les premières traces remontent au XIIe siècle ; ils ont eux le facies typiquement japonais, avec les yeux bridés). Sise dans la plaine d’Ishikari (et traversée par la rivière Toyohira-gawa), la ville date en fait des dernières décennies du XIXe siècle, quand — selon les vœux de l'Empereur Meiji — le Gouverneur d'Hokkaido, en visite aux Etats-Unis, demanda au Président Grant de lui présenter des urbanistes qui lui dessineraient les plans de la future capitale d'Hokkaido. Il en résulta une "ville à l'américaine" : plan en damier, avec de larges avenues bordées de gratte-ciel (moins hauts toutefois que les skyscrapers newyorkais) et des grands parcs. La date officielle de création de Sapporo est 1868, et l'Empereur en fit alors la capitale d'Hokkaido, à la place de Hakodate. Première ligne de chemin de fer en 1880, ouverture de l'Université Impériale d'Hokkaido en 1918, première ligne d'autobus en 1930 et de métro en 1970. Industrie du bois, industrie textile, brasseries (il faut goûter à la "bière Sapporo"), distilleries, machines-outils, tertiaire, sont quelques-uns des pans de l'économie locale.


Quelques autres exemples d'architecture locale. Comme on le voit, la bicyclette est largement pratiquée en centre-ville. A noter qu'on roule à gauche au Japon.


Parmi les grands espaces verts "downtown", le fameux Parc Odori-Koen. Je ne sais dire si ses pelouses sont interdites ou non à la lecture de la pancarte ci-dessous ! C'est une grande "coulée verte" de 9 ha qui sépare la ville en deux. Divisé en treize parcelles d'égales surfaces, ce parc s'étend sur 1,5 km de long, sur une largeur d'une soixantaine de mètres. Il est évidemment, toute l'année, le lieu de rencontre et de promenade favori des habitants de Sapporo, ainsi que le siège de nombreux festivals, dont le célèbre "Festival de la neige" en février (statues géantes en neige compactée) et le "Festival de Lilas" en mai..


L'une des extrémités du Parc Odori-Koen donne sur la Sapporo TV Tower que tout Français reconnaîtra de loin ! Construite en 1957, sa hauteur avoisine les 150 m. Une plateforme d'observation, située à 90 m au-dessus du sol permet une vision panoramique de la ville.


Sous ce parc Odori-Koen, une ville souterraine (comme celle de Montréal) : l'une des "rues" sur la photo de gauche.
En surface, de nombreuses "rues-galeries", comme celle de la photo de droite.


Siège d'une organisation internationale... mais laquelle ? je n'ai pas su traduire !.


Sur la route du retour vers le port, en arrivant vers la ville de Muroran, dominée par le Pic Muroran (910 m) et le Mont Sokuryo (200 m).


Sapporo, qui a accueilli les Jeux Olympiques d'Hiver en 1972, reste un haut-lieu de sports d'hiver pour les Japonais.


Dernière mise à jour : 02.12.2010

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net