De Vancouver à Pékin à bord du DIAMOND PRINCESS (septembre 2010)
Françoise Massard

 
La vignette du Diamond Princess, en haut à gauche de chaque page, renvoie à la première page du dossier. La flèche ci-contre (à droite) mène au bas de la page, d'où l'on peut naviguer de page en page. L'ancre-vignette (rouge) en bas de page renvoie en haut de page. Il est aussi possible, grâce à la barre d'outils ci-dessous, de faire une recherche par mot-clé, par date, par navire ou encore par page. Par ailleurs, cliquer (ou double-cliquer) sur les photos permet de les agrandir (Ctrl+w ou clic gauche sur la croix en haut de page ferme la fenêtre de l'image grand format et permet de revenir à l'écran principal).



Recherche par escale


KETCHIKAN (Alaska, Etats-Unis)

Lundi 13 septembre 2010

Ketchikan est sise sur une île, Revillagigedo Island, et s'étend sur une zone d'environ 12 km de long sur 1 km de large (la montagne borde le littoral). Elle est distante d'environ 150 km de Prince Rupert (Colombie Britannique) au Sud et d'un peu plus de 350 km de Juneau (capitale de l'Alaska) au Nord. Elle a deux surnoms très significatifs : le premier reflète son économie actuelle, la "capitale mondiale du saumon" ; le second est d'origine climatique : la "capitale de la pluie en Alaska" ! J'avais d'ailleurs entendu un autre dicton : "si tu n'as pas vu la pluie à Ketchikan, c'est que tu es resté moins d'une heure". J'avais aussi lu que les "habitants de Ketchikan ne prennent jamais de parapluie car sinon ils ne pourraient travailler en permanence que d'une seule main". Et bien, nous avons fait mentir l'adage car le soleil a brillé toute la journée ! Il y tombe quand même, en moyenne, 3 800 à 3 900 mm de pluie par an, et jusqu'à 8 000 mm les années particulièrement pluvieuses... nous avons donc vraiment eu de la chance !

C'était, à l'origine, un établissement de pêche indien (Tlingits essentiellement, mais aussi Haidas et Tsimshians). Ce nom de Ketchikan viendrait d'une phrase indienne Tlingit signifiant "aigle aux ailes déployées" (en référence à une cascade près de la ville). Le nom, sous la forme Kitschkhin, apparaîtrait pour la première fois en 1881. Une autre version mentionne le nom de Kats'kan, ou "terre de Kats" (Kats ayant été un Chef Tlingit). Je ne saurais trancher entre ces deux explications...
Son développement, en tout cas, remonte au début des années 1900, avec la "ruée vers l'or" (le steamer PORTLAND arrivant à Seattle en juin 1897... les cales pleines d'or ! du cuivre fut également trouvé), le développement de la pêche, le traitement des fourrures et l'exploitation de la forêt. Les premières conserveries de poissons remontent à 1885 et le premier bureau de poste à 1892. Avec environ 13 000 habitants (autour de 4 000 familles) aujourd'hui, c'est la quatrième ville de l'Alaska. Son économie est bien basée sur la pêche (plus du tiers des revenus) et, depuis quelques années, également sur le tourisme (elle est ainsi aussi surnommée "The First City" car c'est la première ville rencontrée pour les navires remontant vers le Nord par le fameux Inside Passage). La ville dispose de plusieurs chaînes de radio, d'une chaîne locale de télévison et édite son propre quotidien : le Ketchikan Daily News. Nombreux commerces (bijouteries, fourreurs, etc.)... dont certaines appartiennent aux compagnies de croisières !


L'église de Ketchikan, en bois comme d'ailleurs la plupart des maisons.


Quelques exemples d'habitations sur le "Waterfront"



Certaines maisons, donnant directement sur la mer, ont leur garage à bateau et/ou leur plateforme d'hydravion juste en dessous.


La fameuse "Creek Street" de Ketchikan, avec ses maisons partiellement sur pilotis, construites le long de Ketchikan-Creek... poissonneuse s'il en est !


Ci-dessous, pour situer, un plan Google Earth montrant le "virage" de Ketchikan-Creek juste avant de se jeter dans le port (ci-dessous à droite).


Bien sûr, on ne peut parler de Ketchikan sans évoquer ses mâts totémiques dont la ville détient la plus vieille collection au monde (au Totem Heritage Center).



 
Dernière mise à jour : 06.11.2010

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net