Cabotage le long de la côte dalmate à bord de l'ARION (06.2006)
Françoise Massard


Caractéristiques principales

IMO / Signal d'appel
Longueur hors tout / LPP
Largeur
Creux
Tirant d'eau d'été
Jauge brute / Jauge nette
Port en lourd
Vitesse de croisière
Construction (année / chantier)
Port d'enregistrement
Pavillon
Capacité passagers / Nbre de cabines

6419057 / CQUU
118 m / 105 m
16,50 m
7,60 m
5,26 m
5 888 / 1 766 ums
1 640 t
16 nds
1965 / Uljanik (Pula, Croatie)
Madeira
PRT
340 / 169


C'est à l'occasion d'un cabotage en Adriatique, le long de la côte Dalmate, que j'ai pu découvrir ce vénérable petit paquebot de croisières... revenant dans le pays qui lui avait donné le jour il y a près de 45 ans. Sa quille fut en effet posée le 15 décembre 1963 (coque N° 248) aux Chantiers navals Brodogradiliste Uljanik, à Pula (alors en Yougoslavie, aujourd'hui en Croatie). Lancé le 20 juillet 1964, sous le nom d'ISTRA, il entra en service le 10 juillet 1965. C'était le second de deux navires identiques commandés par l'armement Jadrolinija, pour assurer un service hebdomadaire entre Venise et l'Egypte, via la Grèce et le Liban. Son sister-ship, le DALMACIJA est toujours, lui aussi, en service, naviguant pour le compte de Adriatic Cruises.


De navire de ligne qu'il était à l'origine, il devient un navire de croisière en 1969 à Trieste, sans changer de nom, et ce jusqu'en 1991. A cette date, il est vendu à Caravella Shipping et renommé ASTRA (sous pavillon ukrainien). Il change de nouveau de pavillon en 1996 : immatriculation au Panama sous le nom d'ASTRA I. Acheté par la World Cruises Agency (Portugal) pour leurs propriétaires, Constellation Cruise Holdings (Panama), en mars 1999, l'ASTRA I est complètement refondu à Lisbonne (Portugal). Les travaux dépasseront les 15 millions de dollars. C'est en mai 2000 qu'il rejoint la Classic International Cruises et prend son nom actuel d'ARION. Il est opéré par Arcalia Shipping (Chypre).



Son style marie parfaitement le charme d’antan à une modernité toute fonctionnelle. Sa capacité maximale est de 350 passagers, ce qui en fait un bateau de croisières particulièrement convivial, à l’ambiance quasi familiale. Son faible tirant d’eau lui permet par ailleurs d'accoster dans de nombreux ports, idéal donc pour cette navigation qui était destinée à nous faire découvrir, par la mer, ces cités maritimes antiques de la Croatie et du Montenegro.


L'ARION comporte six ponts, dont le pont-promenade qui ne permet malheureusement pas de faire le tour complet du navire... Frustrant de ne pas pouvoir se tenir à l'avant au poste de veille ! Gros-plan sur la cheminée vue du pont Observation. Ci-dessous, contraste entre les radomes et les arènes de Pula (construites sous Auguste et agrandies sous Vespasien). Quelques vues aussi de la drôme de sauvetage.


Petit tour à la passerelle

L'aspect un peu désuet de la passerelle signe l'âge du navire, ce qui n'empêche pas celle-ci d'être dotée des instruments de navigation les plus modernes. Equipage portugais et ukrainien (tant au niveau des officiers que des marins) comptant 130 membres.


Radars et ECDIS (Electronic Chart Display and Information System) n'empêchent pas de tracer la route sur les cartes papier. A noter que les Portugais, contrairement à nous, n'utilisent pas la règle Cras, mais le système à deux équerres (comme nous l'avons vu à bord du FUNCHAL)..


Plages de manœuvres


Quelques vues du pont-promenade, avec le "jardin d'hiver"


A l'arrière du navire, toujours au niveau du pont-promenade, buffet-restaurant "open desk" et piscine



Quelques caractéristiques supplémentaires de l'Arion — Puissance totale de propulsion 5 516 kW - Deux moteurs diesel Sulzer 10TAD48, construits par Tvornica Dizel Motora Jugoturbina (Karlovac, Croatie) - Deux hélices à pas fixe - V 16 nds - Générateurs auxiliaires 5 x 268 kW - Stabilisateurs anti-roulis.



Visite des emménagements : page suivante

© Françoise Massard
  www.cargos-paquebots.net