Navires en escale à Nouméa (Nouvelle-Calédonie)
Françoise Massard / Photos Stéphane Barbedienne

Navires cités dans cette page ( cliquez sur leurs noms ) : - Acoustic Pioneer - Adelaïde - Aidaaura - Aidavita - Alianca Hong Kong - Alianca Rotterdam - Alianca Sao Paulo - Amborella - Austria - Barry Trader - BBC Seattle - Betanzos - Calais Trader - Callao Express - Calliope - Canberra - Cape Araxos - Cape Fortius - Cape Monterey - Cape Orient - Cape Quest - Cape Syros - Cap Verde - Cardiff Trader - CCNI Concepcion - CCNI Guayas - CGM Gauguin - Charlotta - Chasseloup - Clipper Nassau - Clipper Newark - Clipper Newhaven - Clipper New York - CMA CGM Gauguin - Columbus Chile - CSAV Callao - Danae C - De Bo - De Jing - D'Entrecasteaux - De Shen - Emile Viratelle - Ezaro - Gaiac - Gures - Haris - Helvetia - Henan Scan - Hilde - Industrial Hedland - Industrial Hobart - Ju Li - Kalamata Trader - Kalamoti Trader - Kaori - Kea Trader - Kiel Trader - Kimolos Trader - Kristella - Kristiina - L01 - L02 - Lanpan 30 - Lanpan 31 - Lanpan 34 - Lanpan 35 - Lifter - Louis Henin - Lykes Traveler - Marcel Viratelle - Maunalei - Mercs Uhana - Mercs Uva - MSC Elbe - MSC Nadriely - MSC Weser - Nadja - Nauma - New Tobishima - Ocean Runner - Orea - Orion Pioneer - Pacific Titan - Paz Navigator - Pensilvania - Pindo - P&O Neddlloyd Yarra Valley - Posh Champion - Posh Commander - PSV Gift - Queen Esther - Rio Verde - RT Aegir - Seasurveyor - September Morn - SITC Davao - SITC Gensan - SS Jerome - Tamanou - Tip Emden - Transcapricorn - Vasadiep - Veendiep - Vendemiaire - Virginiadiep - Vlistdiep - Voornediep - Wanderer - Watoa - Wehr Elbe - Wehr Oste - Zaanborg - Zhu Cheng Xin Zhou - Zijlborg - Ziltborg -
Page précédente
Cliquez sur les photos pour les agrandir
   

Quelques navires photographiés à Nouméa (deuxième semestre 2018)

On ne présente ici que des navires en escale inaugurale à Nouméa ou qui n'ont pas déjà été présentés sur ce site lors d'une escale en Nouvelle-Calédonie. Sur la première photo, le paquebot AIDAaura est en première escale à Nouméa le 09.12.2018. Sur les deux photos suivantes (prises le 22.08.2018), on voit le supply chinois JU LI qui, en plus de sa fonction première de levage (sa grue a une capacité de 700 t), sert aussi de base-vie pour le chantier du KEA TRADER, ce porte-conteneurs entré en service le 11.01.2017 et qui s'est échoué six mois plus tard sur le récif corallien Durand (168°35' E / 22°2' S), situé à environ 90 milles au S-E de la Nouvelle-Calédonie. Un essai de renflouement par la société Ardent Oceania Salvage le 08.10.2017 ayant échoué, le KEA TRADER, malmené ensuite par les tempêtes, a dû finalement être déclaré "perte totale" (après s'être brisé en deux en 11.2017), devant désormais être démantelé sur place et évacué. C'est la société chinoise Shanghai Salvage Company qui a été chargée de cette mission longue durée. Il s'est agi en premier lieu d'évacuer les hydrocarbures et eaux huileuses à bord, puis de décharger les conteneurs qu'il transportait et de récupérer les débris du navire lui-même flottant autour de l'épave. Enfin, il faut évacuer l'épave elle-même (par morceaux). Les travaux devraient durer jusqu'à mi-2019. Sur la photo de droite, le porte-conteneurs britannique KIEL TRADER est en cours d'opérations commerciales le 22.08.2018.
AIDAaura
JU LI
KIEL TRADER
Paquebot AIDAaura
Navire de sauvetage JU LI (avec grue de capacitié de levage 700 t)
Porte-conteneurs KIEL TRADER
AIDAaura (Genova) - IMO 9221566 - Indicatif d'appel IBNZ - MMSI 247117400 - Paquebot de croisières - 202,85x28,10x8,75 m - TE 6,300 m - JB 42 289 - JN 20 877 - PL 4 157 t - P 27 550 kW (quatre moteurs Wartsila dont deux 4T-12cyl 12V38 (de 8 700 kW chacun) / un 4T-8cyl 8L38 (de 5 800 kW) / un 4T-6cyl 6R38 (de 4 350 kW) couplés à quatre générateurs qui alimentent deux moteurs électriques de propulsion ABB Oy Machines AMZ1600YX14 (de 9 400 kW chacun) entraînant deux hélices à pas fixe) - V 20 nd - Quatre propulseurs transversaux (av. 2 x 1 200 kW / arr. 2 x 700 kW) - Cap. 1 582 passagers (633 cabines) - Equipage 389 - Constr. 04.2003 (Wadan Yards MTW, Wismar, Allemagne / chantier repris depuis 2016 par le groupe chinois Genting Hong Kong) - Propr. Carnival (Miami, Etats-Unis) - Gérant/Opérat. Aida Cruises (Rostock, Allemagne) - Pav. ITA. Sistership : AIDAvita (IMO 9221554 / 04.2002).
JU LI (Shanghai) - IMO 9648568 - Indicatif d'appel BQIA - MMSI 412379290 - Navire de sauvetage - 133,62x35,00x10,50 m - TE 6,00 m - JB 19 063 - JN 5 719 - PL 10 957 t - Ptot 6 400 kW (quatre moteurs  Dalian Marine connectés à quatre générateurs qui alimentent deux moteurs électriques de propulsion (de 2 000 kW chacun) / deux azipods) - V 9 nd - Système de positionnement dynamique DP2 - Helideck - Coque renforcée glace (FS Ice Class II) - Grues 1 x 700 t / 1 x 20 t - Constr. 05.2012 (Qingdao Wuchuan Heavy Industry / Groupe CSIC, Qingdao, Chine) - Propr./Gérant/Opérat. Shanghai Salvage Co (Shanghai, Chine) - Pav. CHN.
KIEL TRADER (Valletta) - IMO 9261827 - Indicatif d'appel 9HA3357 - MMSI 229470000 - Porte-conteneurs - 208,24x29,80x16,40 m - TE 11,40 m - JB 25 703 - JN 12 028 - PL 33 716 t - P 22 930 kW (mot. 2T-7cyl MAN-B&W-HHI 7L70MC / hélice à pas fixe) - V 21 nd - Prop. d'étrave (980 kW) - Générat. aux. 4 x 1 300 kW - Cap. 2 526 evp (dont 481 reefers) - Grues 3 x 45 t - Constr. 05.2003 (Kvaerner Warnow Werft, Rostock, Allemagne) - Propr./Gérant Lomar Shipping (Londres, Grande-Bretagne) - Pav. MLT - Ex RIO VERDE (04.2009-06.2013) - Ex CAP VERDE (10.2005-04.2009) - Ex ALIANCA SAO PAULO (05.2003-10.2005) - Lancé comme RIO VERDE (03.2003). Sisterships : CALAIS TRADER (IMO 9226413 / 04.2001) - CALLIOPE (IMO 9252981 / 09.2002) - CARDIFF TRADER (IMO 9261815 / 03.2003) - DANAE C (IMO 9226425 / 07.2001) - MAUNALEI (IMO 9273686 / 07.2006) - MSC ELBE (IMO 9236688 / 10.2001 / Ex WEHR ELBE 12.2008-08.2016 /  Ex CSAV CALLAO 10.2001-12.2008) - MSC NADRIELY (IMO 9149328 / 01.1998 / Ex HELVETIA 02.2012-12.2014 / Ex CCNI GUAYAS 02.2006-02.2012 / Ex ALIANCA HONG KONG 04.2004-02.2006 / Ex COLUMBUS CHILE 06.2002-04.2004 / Ex ALIANCA ROTTERDAM 11.2001-06.2002 / Ex LYKES TRAVELER 02.2001-11.2001 / Ex CMA CGM GAUGUIN 08.2000-02.2001 /  Ex CGM GAUGUIN 02.1998-08.2000 / Ex CHARLOTTA 01.1998-02.1998) - MSC WESER (IMO 9236690 / 12.2001) - SITC DAVAO (IMO 9243241 / 06.2002) - SITC GENSAN (IMO 9243239 / 04.2002) - ZHU CHENG XIN ZHOU (IMO 9252993 / 11.2002 / Ex WEHR OSTE 11.2011-04.2017 / Ex CCNI CONCEPCION 09.2010-11.2011 / Ex WEHR OSTE 03.2010-09.2010 / Ex CALLAO EXPRESS 02.2006-03.2010 / Ex P&O NEDLLOYD YARRA VALLEY 03.2003-02.2006 / Ex WEHR OSTE 11.2002-03.2003). Quant à l'ex AUSTRIA (IMO 9149316 / 10.1997), devenu RT AEGIR en 02.2014, il a été démoli en 12.2016.

Ci-après, le supply WANDERER est ici en escale à Nouméa début août 2018. Il est immatriculé au Guyana : ce pays du Nord de l'Amérique du Sud (situé entre le Venezuela à l'Ouest, le Brésil au Sud et le Surinam à l'Est) est une ancienne terre des tribus amérindiennes Arawak ("Guyana" veut dire "terre d'eaux abondantes" dans cette langue autochtone, rien d'étonnant car elle parcourue par de grands fleuves, dont l'Essequibo et ses nombreux affluents, et subit six mois par an de saison des pluies). Après avoir été colonisée par les Hollandais dès 1616, elle avait été reprise par les Britanniques en 1796, mais le Traité de Paris de 1814 assura définitivement à l’Angleterre la possession de ce territoire). L'ex Guyane britannique devint indépendante le 26.05.1966, prenant le nom de Guyana, mais reste membre du Commonwealth. Ce petit pays ne compte qu'environ 750 000 Guyanien(ne)s réparti(e)s sur une superficie d'environ 215 000 km2.
WANDERER
WANDERER
WANDERER (Lome) - IMO 8101692 - Indicatif d'appel 5VFV8 - MMSI 671057100 - Remorqueur / Navire de soutien offshore - 54,87x12,20x4,27 m - TE 3,664 m - JB 695 - JN 206 - PL 1 200 t - Ptot 1 854 kW (deux moteurs 2T-12cyl EMD 12-645-E2 / deux hélices à pas fixe) - V 12 nd - Prop. d'étrave - Générat. aux. 2 x 99 kW - Constr. 07.1981 (Halter Marine Inc., Moss Point, Mississippi, Etats-Unis / aujourd'hui VT Halter Marine) - Propr./Gérant/Opérat. C & C Solutions Guyana Inc. (East Bank Demerara, Guyana) - Pav. TGO - Ex OCEAN RUNNER (06.2013-05.2018) - Ex ORION PIONEER (11.2007-06.2013) - Ex ACOUSTIC PIONEER (11.1997-11.2007) - Ex SEPTEMBER MORN (??.1990-11.1997) - Ex ACOUSTIC PIONEER (1986-1990) - Ex SEPTEMBER MORN (07.1981-??.1986). Sistership : PSV GIFT (IMO 7923328 / 12.1980).

Le porte-hélicoptères australien CANBERRA / L02 (dit LHD pour Landing Helicopter Dock, autrement dit navire d'assaut amphibie, basé à Port Jackson, Sydney) est ici en manœuvre dans le port de Nouméa le 30.08.2018. Il est assisté par les remorqueurs GAIAC et KAORI, ce dernier ayant passé sa remorque à l'arrière. Equipée d'un hôpital (dont un service d'imagerie médicale, une pharmacie, un cabinet dentaire, etc.), cette unité est capable de participer à des missions humanitaires de grande échelle.
CANBERRA
CANBERRA
CANBERRA
CANBERRA
CANBERRA / L02 (Port Jackson) - IMO 9608960 - Indicatif d'appel VHCX - MMSI 503778000 - Porte-hélicoptères - 230,82x29,50(32,00 m HT)x27,50 m - TE 7,08 m (à pleine charge) - JB 48 855 - JN 18 188 - Déplac. 27 500 t (à pleine charge) - Ptot 35 160 kW (deux moteurs 4T-16cyl MAN-B&W 16V32/40 (de 8 000 kW chacun) et une turbine à gaz GE Marine LM2500 (de 19 160 kW) couplés à des générateurs qui alimentent deux moteurs électriques de propulsion / deux azipods Siemens) - V 15 nd (Vmax plus de 20 nd) - Prop. d'étrave (2 x 1 500 kW) - Générat. de secours Progener-Mitsubishi S16MPTA (1 350 kW) - Autonomie 9 250 milles nautiques (à 15 nd) / 45 jours - Equipage 358 - Quatre ponts principaux (dont le pont d'envol de 4 750 m2) - Capac. d'embarquement 1 046 hommes / 110 vehicules / 18 hélicoptères / 12 tanks Abrams / 4 chalands de débarquement LCM-1E - Deux ascenseurs pour faire passer les hélicoptères de leur pont garage au pont d'embarquement - Constr. 09.2014 (Navantia, Ferrol, Espagne (coque) / BAE Systems Australia Defence, Williamstown, Australie) - Mise en service 28.11.2014 - Propr. Gouvernement australien - Gérant/Opérat. Royal Australian Navy / RAN (Australie) - Pav. AUS. Sistership : ADELAIDE / L01 (IMO 9608972 / 09.2015).



Un échouement improbable au large de Nouméa : celui d'un navire tout neuf, le KEA TRADER (juillet 2017 - avril 2018)… à suivre

C'est en effet le 12.07.2017 dans la nuit que le porte-conteneurs allemand KEA TRADER, en service depuis juste six mois — puisqu'entré en service le 11.01.2017 — s'est échoué à l'intérieur du récif corallien Durand (168°35' E / 22°2' S), situé à environ 90 milles au S-E de la Nouvelle-Calédonie. Subissant deux cyclones avant de pouvoir être déséchoué, il est devenu une épave. Celle-ci, fortement dégradée au cours des mois, devrait prochainement être évacuée. De gros moyens sont en train d'arriver à Nouméa… Nous retraçons ici cette longue et triste histoire qui n'a heureusement fait aucune victime, l'ensemble de l'équipage ayant pu être rapidement hélitreuillé.

Rappel chronologique des faitsSources : rapports de l'ORSEC Maritime et du CTCM NC (Centre de Traitement de Crise Maritime de Nouvelle-Calédonie)
KEA TRADER

Le 12.07.2017, à 00h55, le KEA TRADER (ci-contre), un porte-conteneurs de près de 185 m de long, battant pavillon maltais, s’est échoué sur le récif Durand. Ce récif est situé à 38 milles au Sud-Est de l'île de Maré (l'une des îles Loyauté, située en mer de Corail à environ 90 milles, soit de l'ordre de 170 km, au S-E de la Nouvelle-Calédonie ; cf. note infra). Ce récif corallien est à 80 milles de la "passe de Havannah" (22° 20,23’ S - 167° 03,66’ E) que prennent tous les navires venant de l'Est pour se rendre au port de Nouméa. Ce PC est tout neuf, en service depuis seulement six mois au moment de l'accident (livré en 01.2017 à l'armement allemand Lomar dont on retrouve le logo sur la cheminée). Il était en route depuis Papeete (Tahiti, Polynésie française) vers Nouméa (Nouvelle-Calédonie) où il allait livrer 130 evp de ses 782 qu'il avait à bord. Aucun membre de l’équipage (officiers croates, matelots philippins) n’a fort heureusement été blessé lors de l’échouement. Le navire repose sur environ 80 % de sa longueur, sans gîte (à cet endroit, les fonds sont de l'ordre de 7 m à marée haute). L'arbre porte-hélice est bloqué et la barre ne répond pratiquement pas. Apparemment, les conditions météorologiques étaient bonnes (vent faible, peu de houle) au moment de l'échouement. L'enquête devra donc déterminer les raisons de cet accident (problème de carte électronique, problème humain, problème technique ?). A bord du PC : 782 conteneurs (on l'a dit précédemment), mais aussi 752 t de fioul lourd (HFO), 81 t de gazole (MGO) et 60 m3 d'huiles diverses (Lub Oil).

Porte-conteneurs KEA TRADER, photographié à Port Kelang (Malaisie) le 26.03.2017 (Crédit Sydney Sinclair)
Nota — Les ïles Loyauté, en cordon à l'Est de la Nouvelle-Calédonie (cf. carte ici), comportent quatre îles : Lifou (1 150 km2 / 21 300 habitants) - Maré (650 km2 / 5 600 habitants) - Ouvéa (130 km2 / 4 300 habitants) - Tiga (10 km2 / 430 habitants), toutes quatre rattachées administrativement à la Nouvelle-Calédonie (18 600 km2 / 270 000 habitants).
KEA TRADER (Valletta) - IMO 9701281 - MMSI 9HA4062 - Porte-conteneurs - 184,92x30,00x16,50 m - TE 9,50 m - JB 25 145 - JN 8 016 - PL 25 000 t - P 13 000 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-Hudong Heavy Machinery 6S60ME-C8 / hélice à pas fixe) - V 19 nd - Prop. d'étrave (1 000 kW) - Générat. aux. 4 x 2 000 kW - Cap. 2 190 evp (dont 490 reefers) - Grues 3 x 45 t - Constr. 01.2017 (Guangzhou Wenchong Shipyard, Guangzhou, GD, Chine) - Propr./Gérant Lomar (Brême, Allemagne) - Pav. MLT. Sisterships : BARRY TRADER (IMO 9658446 / 06.2014) - CAPE ARAXOS (IMO 9696084 / 08.2016) - CAPE FORTIUS (IMO 9734147 / 01.2017) - CAPE MONTEREY (IMO 9676199 / 01.2015) - CAPE ORIENT (IMO 9696072 / 03.2016) - CAPE QUEST (IMO 9734159 / 03.2017) - CAPE SYROS (IMO 9676204 / 06.2015) - HARIS (IMO 9670119 / 11.2015) - KALAMATA TRADER (IMO 9701293 / 09.2015) - KALAMOTI TRADER (IMO 9701279 / 12.2017) - KIMOLOS TRADER (IMO 9658458 / 08.2014) - OREA (IMO 9670107 / 08.2015) - QUEEN ESTHER (IMO 9700251 / 06.2016).

Le plan Organisation de la réponse de la Sécurité civile (ORSEC) d’assistance aux navires en difficulté a rapidement été déclenché. Dès 8h30, l’avion de surveillance Falcon 200 "Guardian" (ci-contre, photo Dassault) survole la zone pour effectuer une évaluation visuelle et établir un contact avec l’équipage du navire. En fin de matinée, une équipe d’évaluation et d’intervention (EEI), composée de quatre experts maritimes civils et militaires, est hélitreuillée sur le navire par l’hélicoptère "Puma" (cf. exemple ici). En fin de journée, la frégate de surveillance VENDEMIAIRE rallie la zone pour soutenir l’action des moyens projetés. A ce stade, aucune pollution n’est détectée.
Selon le Commandant de la zone maritime de Nouvelle-Calédonie, le 16.07.2017, soit quatre jours après son échouement, le porte-conteneurs KEA TRADER, qui est entièrement échoué sur le récif Durand, reste stable. L’équipage est toujours à bord. A ses côtés, une équipe de onze experts de la société de sauvetage Ardent Oceania Salvage (Houston, Texas, société issue de la fusion de Svitzer Salvage et Titan Salvage) chargée de prévenir les risques de pollutions et d’étudier la possibilité d’un renflouement du navire. Affrété par l’armateur, le remorqueur MARCEL VIRATELLE, tractant une barge contenant du matériel anti-pollution de la base navale de Nouméa, est arrivé sur zone dans la journée. Le patrouilleur AMBORELLA, du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, est également sur place pour renforcer ce dispositif.
MARCEL VIRATELLE
Remorqueur MARCEL VIRATELLE (caractéristiques ici)
Suite à la mise en demeure de l’armateur par le Haut Commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie, l'objectif premier est le transbordement des hydrocarbures présents à l’intérieur du PC et, en conséquence, la sécurisation de ces opérations de transbordement. Le navire LOUIS HENIN a rallié la zone dans la journée du 17.07.2017 pour procéder à des relevés hydrographiques. Ces derniers permettront de connaître avec précision les différentes profondeurs du récif Durand et, ainsi, de sécuriser les différentes opérations de transbordement et de renflouement. Déterminé à prévenir tout risque pour l’environnement, l’armateur a lancé un plan de sauvetage de grande envergure, mobilisant l'International Tanker Owners Pollution Federation (ITOPF), organisation à but non lucratif spécialisée dans la prévention et la gestion des pollutions maritimes, ainsi que deux plongeurs de Polaris, chargés d’évaluer les atteintes à l’environnement sous-marin consécutives à l’échouement. Par ailleurs, un avion-cargo en provenance de Sydney (Australie) est arrivé le 17.07 à l’aéroport de la Tontouta (Nouméa), avec près de 25 t de matériel spécialisé. Un second avion est attendu le 20.07, en provenance de Singapour.
Le 21.07.2017, les remorqueurs MARCEL VIRATELLE et EMILE VIRATELLE sont sur zone avec les 25 t de matériel antipollution amenées par avion-cargo le 16.07. Les 12 t de matériels en provenance de Singapour sont également arrivées. Chaque jour, les hélicoptères d’Helicocean acheminent l’ensemble de ces matériels à bord du KEA TRADER. Le remorqueur TAMANOU, avec à son bord trois plongeurs, est également présent, en soutien. L’équipage du PC est toujours à bord du navire pour œuvrer, aux côtés des neuf experts de la société de sauvetage Ardent Oceania Salvage et d'un représentant de Columbia Shipmanagement, gestionnaire de la flotte de Lomar (propriétaire du KEA TRADER), à la préparation de la dépollution du navire. Egalement contracté par l’armateur, le navire LOUIS HENIN (cf. supra) a effectué des relevés hydrographiques de la zone de l’échouement. Ces données consolidées permettront de sécuriser les manœuvres nautiques préalables, puis les opérations de renflouement qui seront menées à l’issue. Les moyens conjugués de la Marine nationale et des Forces armées de la Nouvelle-Calédonie (FANC) sont fortement mobilisés pour soutenir ce dispositif. Le bâtiment multi-missions D'ENTRECASTEAUX (ci-contre, d'autres photos et caractéristiques ici) est ainsi sur zone depuis le 18.07, prêt à être engagé et à intervenir si nécessaire, avec une équipe ainsi que du matériel antipollution de la base navale de Nouméa.
Le 25.07.2017, la ministre des Outre-Mer, Mme Annick Girardin, s’est rendue au Centre de traitement des crises maritimes de Nouvelle-Calédonie (CTCM NC) pour un point de situation sur l’échouement du porte-conteneurs.
Les opérations de pompage des hydrocarbures commencent le 27.07.2017. Le fioul lourd pompé est stocké dans des réservoirs, puis transbordé du KEA TRADER vers la barge CHASSELOUP (ci-contre) de Sora-Sorecal (Compagnie Maritime Chambon) par un hélicoptère d’Hélicocean. Cette manœuvre permet de s’affranchir des conditions de mer. Avec le concours prochain d’un second hélicoptère, affrété par l’armateur, ces opérations devraient s'intensifier. Ces opérations sont terminées le 11.08.2017, et ont permis d’extraire plus de 540 t de fioul lourd. D’importants moyens ont été mobilisés pour sécuriser le transit de la barge vers le port de Nouméa : le navire POSH COMMANDER (cf. plus bas) et le bâtiment multi-missions (B2M) D'ENTRECASTEAUX (ci-dessous, photos du 04.10.2017) ont escorté la barge jusqu’au port, se tenant prêt à intervenir en cas de nécessité. Les risques les plus importants de pollution, dont la prise en compte était prioritaire, sont ainsi écartés, permettant de débuter les opérations de transbordement de conteneurs vers des barges, afin d'alléger le navire en vue de son renflouement.
Avec des conditions de mer favorables, le transbordement par les grues du PC constitue une possibilité (celle-ci a été préalablement testée avec succès : six conteneurs ont ainsi été débarqués sur la barge HIBISCUS de Soral-Sorecal). Mais c'est à l'aide de l'hélicoptère Sikorsky Skycrane (arrivé à Nouméa le 23.07 à bord du navire de charge CLIPPER NEW YORK, en provenance d'Australie, cf. photos ci-dessous faites juste après le remontage) que le déchargement des conteneurs est normalement prévu. Les conteneurs seront ainsi transbordés sur les navires de charge CLIPPER NEW YORK et INDUSTRIAL HEDLAND (Voir ici).
Ci-dessous l'hélicoptère Sikorsky Skycrane à Nouméa. Ce curieux hélicoptère mérite qu'on s'y intéresse de plus près. En effet, cet hélicoptère de transport américain est ainsi nommé car "skycrane" signifie "grue volante" en anglais. On le surnomme parfois "CH-54 Tarhe", là aussi parce que "Tarhe" signifie également "grue" mais cette fois-ci dans la langue des indiens iroquois Wyandot (autrefois implantés dans le Nord des Etats-Unis). Cet hélicoptère de transport "lourd" fut conçu en 1959 par Sikorsky Aircraft Corporation et le premier vola en 1962. Il appartient désormais à la société Erickson-Air-Crane Co (Oregon, USA) qui a repris les droits de Sikorsky Aircraft Corporation en 1992. Cet hélicoptère est idéal pour l'acheminement de charges importantes sur des lieux difficiles d'accès. Ses jambes de train très hautes lui permettent par ailleurs de se placer au sol au-dessus des charges à soulever. Long de 25 m pour 7,75 m de large, il est doté de deux moteurs à turbine Pratt & Whitney T73-70 de 3 580 kW chacun, qui lui confèrent une vitesse de croisière de 180 km/h. Son autonomie maximale est de 370 km. Son rotor à six pales (supporté par la poutre principale qui supporte également les moteurs) a un diamètre de près de 22 m. Il ne comporte qu'un seul poste de pilotage (trois membres d'équipage en tout, mais pas de passagers, car c'est un hélicoptère de transport de fret uniquement). Dans la paroi arrière de la cabine de pilotage, une grande fenêtre permet au chef de soute de surveiller la charge lors de son chargement / déchargement. Ce véritable "Titan des airs" peut transporter des charges allant jusqu'à 12 t. Il est couramment utilisé sur les chantiers offshore par exemple, et même dans la lutte contre les incendies. Dans le cas du KEA TRADER, le Skycrane est arrivé en pièces détachées (à bord du cargo porteur de colis lourds CLIPPER NEW YORK (IMO 9473250 / sistership du CLIPPER NEWARK, cf. infra) et a été assemblé sur le port de Nouméa.
Les conteneurs seront, comme dit précédemment, transbordés du KEA TRADER vers les porte-conteneurs CLIPPER NEW-YORK et INDUSTRIAL HEDLAND.
CLIPPER NEW YORK INDUSTRIAL HEDLAND A gauche, le CLIPPER NEW YORK photographié à Victoria (Canada)
le 03.04.2012 par Andrew Lester
A droite, le INDUSTRIAL HEDLAND photographié à Durban (Afrique du Sud) le 11.03.2014 par Dave Leonard
Au 01.09.2017, c'est 73 conteneurs qui sont débarqués. En parallèle, les cales du PC sont inspectées et des brèches identifiées qui devront être réparées. Par ailleurs, 18 conteneurs équipés de coussins gonflables (air-bags) doivent être installés dans la cale n°5 afin de regagner la flottabilité du KEA TRADER avant son renflouement.
CLIPPER NEW YORK (Majuro) - IMO 9473250 - Indicatif d'appel V7VE8 - MMSI 538007579 - Cargo de divers / Porte-conteneurs / Transport de colis indivisibles ou lourds - 144,85x22,80x13,35 m - TE 9,85 m - JB 12 795 - JN 5 486 - PL 17 287 t - P 8 580 kW (mot. 2T-6cyl MAN-B&W-HHI 6S50MC / hélice à pas fixe) - V 16 nd - Prop. d'étrave (700 kW) - Générat. aux. 3 x 640 kW - Cap. GRN 19 827 m3 (3 cales) / 904 evp - Grues 2 x 150 t / 1 x 80 t - Constr. 01.2012 (Tongfang Jiangxin Shipbuilding, Jiujiang, xian de Hukou, Jiangxi, Chine) - Gérant/Opérat. Thorco Projects (Hellerup, Danemark) - Pav. MHL. Sisterships : CLIPPER NASSAU (IMO 9473224 / 05.2011) - CLIPPER NEWARK (IMO 9473236 / 08.2011) - CLIPPER NEWHAVEN (IMO 9473248 / 11.2011).
INDUSTRIAL HEDLAND (Colombo) - IMO 9352353 - Indicatif d'appel 4RBJ - MMSI XXX - Cargo de divers / Porte-conteneurs - 118,55x15,20x8,45 m - TE 7,05 m - JB 4 990 - JN 2 648 - PL 7 763 t - P 3 840 kW (mot. MaK-Caterpillar 4T-8cyl MaK-Caterpillar 8M32C / hélice à pas variable) - V 14 nd - Prop. d'étrave (300 kW) - Générat. aux. 1 x 348 kW / 3 x 272 kW - Cap. 9 422 m3 (2 cales) / 348 evp - Grues 2 x 60 t - Constr. 11.2009 (ATVT Sudnobudivnyi Zavod Zaliv, Kerch, Ukraine (coque) / Royal Bodewes, Hoogezand, Pays-Bas) - Propr./Gérant Reederei Eugen Friederich GmbH & Co. (Brême, Allemagne) - Opérat. Intermarine (Houston, TX, Etats-Unis) - Pav. LKA - Ex MERCS UHANA (04.2016-02.2017) - Ex INDUSTRIAL HEDLAND (12.2012-04.2016) - Ex HENAN SCAN (11.2009-12.2012). Sisterships : BBC SEATTLE (IMO 9352339 / 11.2007) - BETANZOS (IMO 9263552 / 12.2002 / Ex VASADIEP 12.2002-10.2017) - EZARO (IMO 9263540 / 10.2002) - GURES (IMO 9277307 / 05.2003) - HILDE (IMO 9413456 / 05.2007) - KRISTELLA (IMO 9187928 / 03.2000 / Ex TRANSCAPRICORN 04.2010-05.2016) - KRISTIINA (IMO 9187916 / 10.1999) - LIFTER (IMO 9414199 / 12.2007) - MERCS UVA (IMO 9352341 / 07.2009 / Ex INDUSTRIAL HOBART 12.2012-03.2016) - NADJA (IMO 9362815 / 09.2006) - NAUMA (IMO 9362827 / 12.2006) - PAZ NAVIGATOR (IMO 9224130 / 06.2000) - PENSILVANIA (IMO 9287443 / 03.2005) - PINDO (IMO 9381380 / 01.2008 / Ex TIP EMDEN 07.2015-03.2017) - VEENDIEP (IMO 9255579 / 05.2002) - VIRGINIADIEP (IMO 9439216 / 04.2008) - VLISTDIEP (IMO 9414187 / 09.2007) - VOORNEDIEP (IMO 9229087 / 01.2002) - ZAANBORG (IMO 9224154 / 05.2001) - ZIJLBORG (IMO 9229075 / 09.2001) - ZILTBORG (IMO 9224142 / 12.2000).
Les conteneurs équipés de coussins gonflables (cf. ici) à installer dans le KEA TRADER seront conditionnés sur la barge-grue SS JEROME, arrivée de Singapour le 05.09.2017 en soirée, tractée par le remorqueur LANPAN 34 (cf. plus bas). Cette barge va donc participer aux opérations de renflouage du PC.
SS JEROME
SS JEROME
SS JEROME
SS JEROME
Nouméa 29.03.2018
Nouméa 19.03.2018
Nouméa 08.10.2017
Nouméa 08.10.2017
SSE JEROME - Barge-grue - 64,20x27,00 m - TE 4,80 m - Déplac. 1 800 t - Capacité de levage 200 t - Propr/Gérant/Opérat. Singapore Salvage Engineers Pte Ltd (Singapour) - Pav. SGP.
Le 28.09.2018, le représentant local de Lomar, propriétaire du KEA TRADER, a informé l’Etat que le coût des opérations engagées depuis juillet ayant dépassé la valeur du navire, sa réparation dans un chantier naval n’est plus envisagée et son épave sera destinée au recyclage. Ce changement de destination, qui relève du choix de son armateur et de ses assureurs, ne met toutefois pas fin à l’obligation d’extraire le navire du récif Durand.
Le 08.10.2017, des conditions météorologiques favorables permettent à la société Ardent Oceania Salvage d’envisager le renflouement du KEA TRADER de façon imminente. Le dispositif d’Ardent est sur place et paré à la manœuvre. D’une part, les remorqueurs POSH COMMANDER et LANPAN 34 (photos suivantes) sont mobilisés, avec en complément le remorqueur TAMANOU, pour extraire le PC du récif et le remorquer vers un mouillage sécurisé dans le port de Nouméa. D’autre part, les remorqueurs à faible tirant d’eau PACIFIC TITAN (voir plus loin) et WATOA embarquent du matériel de lutte anti-pollution et seraient prêts à intervenir sur la moindre trace de pollution. De plus, le D'ENTRECASTEAUX escortera le KEA TRADER jusqu’à son arrivée en eaux protégées, au port de Nouméa. Enfin, un "Guardian" des FANC (Forces armées de Nouvelle-Calédonie) sera engagé pour s’assurer de l’absence de pollution sur le récif et dans le sillage du navire.
POSH COMMANDER
Remorqueur hauturier POSH COMMANDER (ci-contre, 19.03.2018 et ci-dessous à gauche, 30.11.2017)
Remorqueur hauturier LANPAN 34 (ci-dessous, coque rouge, de gauche à droite, 13.11.2017 - 04.10.2017 - 29.03.2018)
POSH COMMANDER
LANPAN 34
LANPAN 34
LANPAN 34
POSH COMMANDER (Singapore) - IMO 9514286 - Indicatif d'appel 9V3970 - MMSI 566695000 - Remorqueur ravitailleur releveur d'ancres (AHTS / Anchor Handling Tug Supply Vessel) - 75,30x18,00x8,10 m - TE 6,60 m - JB 3 261 - JN 978 - PL 3 186 t - Ptot 12 000 kW (deux moteurs 4T-12cyl Wartsila 12V32 / deux hélices à pas variable) - V 14 nd - Quatre propulseurs transversaux (av. 2 x 880 kW / arr. 1 x 880 kW) - Générat. aux. 2 x 2 240 kW / 2 x 500 kW - Traction au croc 193 t - Système de positionnement dynamique DP 2 - Système de lutte contre l'incendie FF1 - Grues 1 x 5 t / 1 x 4 t - Constr. 05.2011 (Universal Shipbuilding Corp., Yokohama, Japon) - Propr./Gérant/Opérat. Posh Fleet Services Pte Ltd (Singapour) - Pav. SGP. Sistership : POSH CHAMPION (IMO 9514274 / 01.2011).
LANPAN 34 (Singapore) - IMO 9739903 - Indicatif d'appel 9V2757 - MMSI  563520000 - Remorqueur - 49,60x13,80x6,00 m - TE 5,10 m - JB 1 285 - JN 385 - PL 800 t - Ptot 5 116 kW (deux moteurs 4T-8cyl Yanmar 8EY26W / deux hélices à pas variable) - V 13 nd - Générat. aux. 4 x 400 kW / 1 x 200 kW - Traction au croc 98 t - Système de positionnement dynamique DP 1 - Système de lutte contre l'incendie FF1 - Constr. 08.2015 (Guangxi Guijiang Shipyard, Wuzhou, GX, Chine) - Propr./Gérant/Opérat. Lanpan (Singapour) - Pav. SGP. Sisterships : LANPAN 30 (IMO 9734551 / 12.2014) - LANPAN 31 (IMO 9734587 / 01.2015) - LANPAN 35 (IMO 9739915 / 09.2015).
PACIFIC TITAN PACIFIC TITAN Remorqueur PACIFIC TITAN (Nouméa, 06.10.2017)
Le 09.10.2017, la société de sauvetage Ardent saisit tôt dans la matinée une fenêtre d’opportunité météorologique pour tenter de renflouer le KEA TRADER, compte tenu de l'avancée satisfaisante des réparations des cales endommagées. Cette première tentative est malheureusement infructueuse, malgré les quatre remorqueurs engagés : les POSH COMMANDER - LANPAN 34 - PACIFIC TITAN - TAMANOU. Le porte-conteneurs a néanmoins bougé, ayant pivoté de 064° sur la droite (cf. photo). Aucune pollution significative n’a été détectée lors de cette manœuvre.
Des travaux complémentaires à bord afin de renforcer la flottabilité du navire seront donc nécessaires avant de pouvoir conduire un nouvel essai de renflouement. Ceux-ci devraient demander environ un mois. Pendant ce temps, de nouveaux conteneurs seront débarqués.
PACIFIC TITAN (Gladstone) - IMO 9778636 - Indicatif d'appel VNUW - MMSI 503037140 - Remorqueur - 26,10x9,10x3,60 m - TE 2,40 m - JB 212 - JN 63 - PL 168 t - Ptot 1 674 kW (deux moteurs 4T-6cyl Yanmar 6EY17W / deux propulseurs) - V 11 nd - Prop. d'étrave - Générat. aux. 2 x 48 kW - Grue 1 x 12,5 t - Traction au croc 27 t - Constr. 01.2017 (Hung Seng Shipbuilding / HSS, Sibu, Malaisie) - Propr./Gérant/Opérat. East Coast Maritime (Gladstone, Australie) - Pav. AUS.
Le 12.11.2017, force est de constater que les conditions météo particulièrement difficiles de ces derniers jours ont considérablement dégradé l’état du KEA TRADER dont la coque a commencé à se fissurer. Par sécurité, un hélicoptère Bell affrété par Ardent hélitreuille les 9 personnes encore à bord. Les remorqueurs POSH COMMANDER et PACIFIC TITAN restent sur zone et patrouillent aux alentours du récif Durand, assurant une surveillance de la situation. Ils sont équipés de moyens antipollution et se tiennent parés à intervenir. La houle, poursuivant son inlassable œuvre, finit par briser en deux le KEA TRADER (cf. photo ORSEC ci-contre). Deux conteneurs ballotés par les vagues ont fini par tomber à l'eau (106 conteneurs sont encore dans les cales du navire à cette date). Des traces ponctuelles de pollution sont constatées sur zone, comme le montre la photo ci-contre (des quantités résiduelles d’hydrocarbures étant restées à bord malgré les pompages) : "pollution d’ampleur limitée dans une fourchette allant de quelques dizaines de litres à 1 m3" selon le CEPPOL (Centre d'Expertises Pratiques de Lutte Antipollution, dont le siège est à Brest). Le plan ORSEC, qui mobilise depuis le 12.07.2017 les services étatiques et gouvernementaux pour assurer le suivi de la situation, est maintenu.
KEA TRADER
Au 23.11.2017, aucune pollution notable n'est à signaler autour du KEA TRADER, désormais brisé en deux (cf. photo ci-dessous). Depuis le 12.07.2017, date de l'échouage, les opérations de sauvetage ont à ce jour mobilisé pas moins de 250 personnes.
KEA TRADER KEA TRADER (23.11.2017) — Photo ORSEC
Le 08.12.2017, maintenant que le KEA TRADER est coupé en deux, la priorité absolue est de prévenir toute éventuelle pollution. Les derniers mètres-cubes de carburants encore à bord de l'épave sont pompés, ainsi que les eaux mazouteuses de la salle machines. Des photos aériennes montrent une forte dégradation de la coque milieu bâbord. La clarté de l’eau permet de nettement distinguer par transparence un important morceau de tôle arraché du fond de la coque.
Le 05.01.2018, le déchargement des conteneurs de la cale N°2 peut reprendre, les conditions météo redevenant favorables (il reste à bord 96 conteneurs, dont 86 sont vides). L'ensemble des équipements du KEA TRADER (meubles, cloisons, faux-plafonds, etc.) sont, en parallèle, progressivement retirés de l'épave.
Point du 19.01.2018 — Suite à la rupture du KEA TRADER le 12.11.2017, les opérations sur le navire ont changé de nature : il s’agit désormais non plus de sauver le navire mais de retirer l’épave. Cela a donné lieu à une nouvelle évaluation de la situation et à la recherche de nouvelles solutions techniques, par le biais d’un appel d’offre international lancé par l'armateur. L'examen des offres est en cours et devrait aboutir d'ici la fin janvier.

13.02.2018 : la méthodologie envisagée par le propriétaire du navire est celle de l’évacuation des deux parties de coque, sans découpage préalable. L'entreprise retenue pour procéder aux opérations d'enlèvement entend explorer les opportunités éventuelles de travailler avec des entreprises calédoniennes. Le calendrier précis des opérations reste à préciser.

En prévision de la dégradation des conditions météorologiques attendue à partir du 16.02.2018 (passage du cyclone Gita dans la zone), il est décidé le 14.02.2018, la mise en place de diverses mesures : ballastage des deux parties du PC afin de leur donner une meilleure assise et de limiter le plus possible les éventuels mouvements de coques. Par ailleurs, la sécurité des personnes étant une priorité absolue, l'ensemble des équipes travaillant sur l'épave sont rapatriées à Nouméa. Elles reprendront le travail dès que les conditions de mer le permettront.
Le 23.02.2018, les opérations reprennent après le passage du cyclone. L'avion de surveillance maritime Guardian DET 25 F des FANC avait effectué un survol du KEA TRADER le 17.02 : aucune trace de pollution n'est à constater. En revanche, les deux parties de coque se sont écartées (cf. photo ci-contre). Les remorqueurs sont de retour sur zone et des hélicoptères survolent quotidiennement le récif pour s'assurer de l'absence de débris flottants et de pollution par hydrocarbures. Une houle, constamment supérieure à 2,5 m sur le récif Durand, contraint fortement les opérations.
KEA TRADER
Porte-conteneurs KEA TRADER (17.02.2018) — Photo FANC
Point du 09.03.2018 : le nettoyage et la dépollution progressive des deux parties du KEA TRADER ont connu, ces deux dernières semaines, des progrès significatifs. La barge HIBISCUS est revenue par deux fois à Nouméa pour être déchargée. Ce sont ainsi 12 conteneurs et plusieurs centaines de mètres cubes de débris potentiels qui ont été évacués des deux parties du navire. Il reste, à ce jour, 84 conteneurs à bord.
Une nouvelle dégradation des conditions météorologiques a malheureusement interrompu les opérations. La prévision du passage du cyclone Hola à proximité immédiate du récif Durand a conduit, comme pour le cyclone Gita il y a deux semaines, à la préparation du navire pour limiter au maximum les mouvements de coques et les éventuels relâchements d’hydrocarbures ou de débris à la mer. Tous les équipements présents en pontée ont également été arrimés. L’ensemble des personnels de la société de sauvetage et d’assistance Ardent ont été rapatriés à Nouméa. Aussitôt que la météo le permettra, un survol de l’épave sera de nouveau effectué afin de constater toute évolution de la situation. Les quatre remorqueurs affrétés par Ardent feront route vers le récif Durand pour être en mesure d’intervenir en mer sur toute pollution éventuelle puis de reprendre les opérations. En effet, Ardent reste le prestataire en charge des opérations de nettoyage et de dépollution du KEA TRADER en attendant l’arrivée sur zone des moyens du prestataire finalement retenu pour le démantèlement du KEA TRADER : la Shanghai Salvage Company (SSC), également connue sous le nom de China Ocean Engineering Services Shanghai. Fondé en 1951, cet armement est aujourd'hui la plus grosse compagnie de sauvetage chinoise, à vocation internationale. Elle emploie 1 900 personnes dont 600 ingénieurs et techniciens. Elle opère 40 navires spécialisés, dont douze remorqueurs océaniques.
SEASURVEYOR Ci-contre, le SEASURVEYOR à quai à Nouméa le 21.08.2017. Il est arrivé de Nouvelle-Zélande pour contrôler la pollution.
Point du 12.03.2018 : le cyclone Hola a hélas suivi une trajectoire plaçant le récif Durand sur sa route. Un premier survol a été réalisé le 11.03 par l’armateur. Il a permis de constater que l’épave avait subi d’importants mouvements. Les deux parties de coque sont entrées en collision, ce qui a provoqué d'importants dégâts, notamment sur la cale N°3 qui s’est désagrégée sous l’effet de ces conditions extrêmes. Cette cale était entièrement dépolluée, seuls 4 conteneurs y étaient encore entreposés. La cale N°2 a été éventrée, elle comporte une brèche, ce qui laisse présager que des relâchements de polluants résiduels aient eu lieu. De plus, 29 conteneurs qui s’y trouvaient ont été mis en contact avec la mer et certains ont pu être emportés ou disloqués. Un Avurnav (Avis Urgent aux Navigateurs) a été immédiatement diffusé afin d'appeler les navires en mer à la plus grande vigilance. Un vol Guardian des Forces Armées de la Nouvelle Calédonie (FANC) a été réalisé le 12.03 pour localiser des débris flottants et guider trois navires affrétés pour les récupérer. Après soigneuse investigation de la zone, un seul conteneur et de nombreux débits flottants de petites et moyennes tailles ont été localisés. Il a été constaté qu’ils dérivent vers l’Est. La priorité est donc leur récupération en mer.
SEASURVEYOR (Wellington) - IMO 8824543 - Indicatif d'appel ZMG2418 - MMSI 512385000 - Ancien ferry transformé (en 2010) en navire de recherches océanographiques - 38,95x10,00x3,60 m - TE 2,90 m - JB 356 - JN 106 - PL 250 t - Ptot 2 796 kW (deux moteurs 4T-12cyl Pielstick-Fuji Diesel 12PA4V185VG / deux hélices à pas fixe) - V 10 nd - Constr. 05.1989 (Mitsui Eng. & SB. / aujourd'hui Mitsui E&S Group, Tamano, Japon) - Propr./Gérant/Opérat. Seaworks (Wellington, Nouvelle-Zélande) - Pav. NZL - Ex NEW TOBISHIMA (05.1989-06.2011).
Point du 16.03.2018 : malgré les conditions météorologiques très défavorables (vagues de 4 m et visibilité très faible), les équipes à l’œuvre ont pu sortir de l’eau plusieurs parties de conteneurs, certaines mesurant 6 m de long sur 3 m de large, ainsi que de nombreux débris de taille plus modeste. La superficie à explorer représente plus de deux fois celle de l'ïle Maré (celle-ci a, comme nous l'avons dit en début de dossier, une superficie de 650 km2), et les recherches se maintiennent dans un contexte difficile. Les débris qui se sont échappés du navire après le passage du cyclone Hola ne sont pas des polluants pétroliers, même si certains débris sont partiellement souillés par du fuel lourd désormais solidifié. Néanmoins, il subsiste toujours des risques d’arrivée de boulettes d’hydrocarbure de faible quantité qui elles aussi sont traitées par ramassage par les équipes mobilisées sur les îles Loyauté. La population de l'île Maré est tenue au courant de la situation.
Point du 23.03.2018 : l'important dispositif humain et matériel reste maintenu sur le récif Durand afin de prévenir toute pollution ainsi que localiser et récupérer les débris flottants. Au large et à proximité de l'île Maré, les équipes à l’œuvre continuent de sortir de l’eau des débris. Un conteneur réfrigérant flottant a pu être récupéré en entier, en pleine mer, à proximité du KEA TRADER. Durant ces douze derniers jours d’opération, 50 m3 de petits débris et 6,6 t de débris volumineux ont été récupérés en mer. Le ramassage des débris et de quelques boulettes d'hydrocarbures (moins de 7 kg) sur les côtes des îles Loyauté se poursuit. Progressivement, la société de sauvetage et d’assistance Ardent prépare la transition avec la société Shanghai Salvage Company (SSC) qui prendra le relais dans le courant du mois d'avril 2018. Elle vient par exemple de positionner à Nouméa le DE JING.
A SUIVRE... ce qui devrait être la troisième plus chère opération de déséchouement au monde… (après les accidents du paquebot COSTA CONCORDIA en Italie et du porte-conteneurs RENA en Nouvelle-Zélande).
DE JING
Platform Supply Vessel DE JING (Nouméa, 29.03.2018)
DE JING (Shanghai) - IMO 9765421 - Indicatif d'appel BQIH - MMSI 413046120 - Navire de soutien offshore (PSV / Platform Supply Vessel) - 90,90x20,00x8,20 m - TE 6,54 m - JB 4 845 - JN 1 738 - PL 4 995 t - Ptot 16 000 kW (quatre moteurs 4T-8cyl Wartsila 8L32 couplés à quatre générateurs qui alimentent deux moteurs électriques de propulsion / deux propulseurs Z-Drive) - Vmax 15 nd - Système de positionnement dynamique DP2 - Matériel de lutte anti-incendie - Equipements de lutte contre la pollution - Grues 2 x 5 t - Constr. 08.2015 (Wuchang Shipbuilding Industry, Wuhan, HB, Chine) - Propr./Gérant/Opérat. Shanghai Salvage Co (Shanghai, Chine) - Pav. CHN. Sistership : DE SHEN (IMO 9693446 / 05.2014).



Hors contexte précédent : arrivée à Nouméa le 19.03.2018 du porteur de colis lourds chinois DE BO. Il est venu livrer deux nouvelles grues pour la Société Le Nickel, lesquelles vont remplacer de vénérables grues Caillard.
DE BO
DE BO
DE BO
DE BO (Yantai) - IMO 9607667 - Indicatif d'appel BSHS - MMSI 413021180 - Porteur de colis lourds (Heavy Load Carrier) - 128,40x33,00x7,80 m - TE 5,20 m - JB 10 549 - JN 3 164 - PL 11 417 t - Ptot 5 800 kW (quatre moteurs Wartsila couplés à quatre générateurs qui alimentent deux moteurs électriques de propulsion (de 1 800 kW chacun) / deux azipods) - V 9,5 nd - Prop. d'étrave (1 200 kW) - Générat. aux. 4 x 1 450 kW - Constr. 01.2012 (Wuchang Shipbuilding Industry, Wuhan, Chine) - Propr./Gérant/Opérat. China Yantai Salvage (Yantai, Shandong, Chine) - Pav. CHN.

Page précédente
Dernière mise à jour - 28.01.2019
Cliquez sur les photos pour les agrandir

© Françoise Massard   
  www.cargos-paquebots.net