Cargos - Paquebots - Autres navires de commerce
Bibliographie - Extrait


L'empreinte de la voile, par G. Aubin (Flammarion, puis ré-édition France Empire)
Un autre récit du commandant Georges Aubin sur les cap-horniers : celui de la dramatique campagne Londres-San Francisco et retour qu'effectua en 1911 le trois-mâts GENEVIEVE MOLINOS sous les ordres du capitaine Jean Delignac. Ce trois-mâts était un fin navire de 2 500 t en portée de lourd, dont l'élégante et haute mâture se couvrait à la mer de 2 640 m2 de toile... Chacun sait qu'un voilier ne vaut que ce que vaut l'équipage et surtout celui qui le commande, et la GENEVIEVE MOLINOS était supérieurement commandée.
Dans cet ouvrage, le commandant Aubin, l'ancien second et ami du capitaine Jean Delignac, raconte ce que furent ces deux voyages par le Cap Horn avec, à l'aller, un chargement de ciment pour la reconstruction de San Francisco qu'avait ravagé un tremblement de terre et, au retour, de céréales. Un retour épique, au cours duquel le capitaine Delignac commença par mater une poignée de hors-la-toi qu'il avait été contraint d'engager à San Francisco. On ne sait qui le plus admirer de ces hommes, matelots et officiers, qui armaient les beaux voiliers de cette Marine à jamais disparue. Grâce soit rendue au commandant Georges Aubin de faire revivre, par son verbe vigoureux et direct, ces équipages inégalés et désormais entrés dans la légende.
Ouvrage épuisé chez l'éditeur, mais disponible en occasion dans les librairies maritimes spécialisées en livres anciens

© Françoise Massard